Exclusion de Mohamed Ahamada Baco du parti Ridja

Chers amis

Je viens d’accorder un entretien à Alwatan pour dire que personnellement une séparation est toujours une blessure mais que je suis préparé à les réparer car je suis idéologiquement blindé et disposé à faire face à toutes les épreuves et j’ai aussi tenu à lui souhaiter bonne chance. Je tiens aussi à souligner que le Ridja est un mouvement crée depuis 19 ans qui s’inscrit dans la durée pour relever les défis colossaux qui doivent être relevés par ceux qui acceptent de militer pour les Comores et non pour des intérêts particuliers. Compte tenu de l’attachement et a l’intérêt de l’opinion et du positionnement politique du Rida, il est important d’enlever toute forme d’ambiguïté dans l’esprit des comoriens.

Le Ridja n’est pas membre de la Mouvance présidentielle. Notre organisation politique est totalement indépendante de ce regroupement des partis qui soutiennent la politique du régime actuel. Notre collaboration avec le président Azali se résumait à notre participation active aux assises et à la campagne pour le référendum en faveur du OUI sans plus. Pour des raisons juridiques, le Ridja ne pouvait valablement présenter un candidat aux élections anticipées de mars 2019 d’où ma candidature à l’élection présidentielle de l’Union des Comores comme indépendant et celles de Salim comme gouverneur à Ngazidja et un autre membre du Ridja à Moheli, tous candidats indépendants mais soutenus non seulement par le Ridja mais aussi par d’autres organisations dans le cadre des alliances en cours de formation. Donc, pour le Ridja Me Baco n’est plus membre et ses fonctions vacantes depuis de nombreuses années et occupées provisoirement par un délégué général seront pleinement assumées par une nouvelle génération de militants très dévoués pour défendre nos principes et nos combats.

Said Larifou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*