Facturation des applications mobiles / Comores Telecom ne fera pas marche arrière

CT

Malgré les protestations de la fédération comorienne des consommateurs (FCC), Comores Télécom entend poursuivre la configuration de sa plateforme en vue de surfacturer les abonnés utilisant des applications mobiles pour passer des appels à l’étranger.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

La société nationale des télécommunications n’entend pas revenir en arrière sur son projet Gazelle, visant à facturer les applications utilisées sur les smartphones ainsi que sur les protocoles qui permettent d’appeler via internet.

L’association des consommateurs des Tics a déjà rencontré la direction de Comores Telecom et l’autorité de régulation (ANRTIC) pour tenter de faire avorter ce programme. Comores Telecom estime que l’utilisation des VoixIp aurait engendré un manque à gagner énorme à la société dont 90% des recettes proviennent des appels téléphoniques. Le chiffre d’affaire est de moins en moins flamboyant et la direction générale n’a pas communiqué la moindre information sur l’état financier de la société. Le chiffre d’affaire était évalué à 26 milliards de francs fin 2012.

Avec le personnel pléthorique et non qualifié de la société, bien que non productif mais généreusement rémunéré et les nombreux détournements et malversations mis à jour presque quotidiennement, les dirigeants de Comores Telecom ne prennent pas conscience des conséquences de ces charges non maîtrisées.

La fédération comorienne des consommateurs avait aussi réagi en condamnant avec « fermeté » un tel projet estimant que « s’il venait à être concrétisé, il violerait le droit juridique et commercial des consommateurs des services de Comores Télécom ».

Ce projet devrait concerner environ 90.000 clients qui auraient activé la 3G, quoique 30% d’entre eux ne sont pas équipés de smartphones dernière génération qui leur permettraient d’installer les applications incriminées et passer des appels audio-visuels.

« Normalement, les opérateurs font la course à l’innovation et essayent de faire des offres pour satisfaire leurs abonnés. Comores Telecom n’est pas dans cette optique-là. La majorité des personnes qui seront touchées par cette surfacturation sont des jeunes qui n’ont aucun revenu et qui peine à s’acheter un ticket de recharge de crédit pour s’abonner à l’offre data et surfer sur le net », s’est insurgé Andil Moissi, étudiant, qui a dénoncé une « arnaque supplémentaire » de l’opérateur des télécommunications aux Comores.

 

A.A.Hamdi/LGDC

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*