Fahmi accuse Mouigni Baraka « d’Achat de conscience et nombreuses irrégularités »

fahamiAchat de conscience et recrutement illicite sont entre autres, les nombreux abus de pouvoir utilisé selon Fahmi Said Ibrahim par Mouigni Baraka pour faire élire ses candidats. Le président du PEC a dénoncé tout cela hier matin dans une conférence de presse, à Moroni.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Presque une semaine après la proclamation des résultats provisoires par la CENI, qui place le candidat du PEC gagnant à la circonscription Itsandra Sud, Fahmi Said Ibrahim révoque des irrégularités. Après, selon lui, les recrutements abusifs et illicites et l’achat de consciences, « le gouverneur de Ngazidja a pu orchestrer et manigancer afin de rester le maitre du jeu sur le terrain et dans les bureaux de vote », a-t-il fait savoir.

Ce candidat élu (d’après les résultats provisoires) se justifie par des faits « concrets et fiables ». A Itsandra Mdjini, à titre d’exemple « Mouigni a pu changer une fille qui était assistante n°2 au poste stratégique, en l’occurrence l’assistante n°1, afin qu’elle puisse changer les données à la fin », a dénoncé le président du PEC.

Ce dernier a ajouté que lors de la proclamation des résultats provisoires par la CENI, mercredi dernier, « il y’avait un retard(…) parce que le gouverneur a osé envoyer des ordres à la commission électorale de ne pas proclamer les résultats parce que d’après Mouigni Baraka, il y avait des erreurs à Itsandra », a-t-il renchéri lors de la conférence de presse tenue hier dans un hôtel de la place.

« Qui lui a révélé qu’il y avait des erreurs ? Parce que les procès verbaux, je les ai vus personnellement, il n’y a rien », a confirmé le conférencier, dénonçant par-là que si tel était le cas, « le gouverneur transgresse la loi ». L’autre point indexé par Fahmi Said Ibrahim est le bureau de Samba kouni où l’urne aurait été cassée par « des gens qui soutenaient le candidat de Rdc de la région ».

Et ces irrégularités figurent parmi les requêtes envoyées par le président du PEC à la Cour constitutionnelle, avec également des listes qui font état du vote de 11 personnes décédées. « Le garde de corps du gouverneur, dont tout le monde sait quand et où il a été inhumé, figure sur la liste des votants à Ntsoudjini ! », a dénoncé le chef du PEC. « Même si je suis vainqueur (vu les résultats provisoires), j’ai décidé de porter plainte pour que ça soit exemplaire », explique-t-il tout en affirmant qu’il va respecter la décision de la Cour.

Le président du Pec reconnait que le président respecte pleinement ses fonctions contrairement à Mouigni Baraka qui n’arrive toujours pas à retirer de son front l’étiquette de « chef du parti ». Fahmi reste convaincu que si Mouigni Baraka n’avait pas utilisé « ces moyens illégaux, il n’aurait eu aucun candidat » car, toujours selon lui, « il n’a rien fait pendant 4 ans à part l’achat des cahiers des écoliers, achetés avec l’argent des impôts ».

Ibnou M. Abdou / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*