En ce moment

«faire des Comores un pays uni, stable et prospère»

C’était sous une pluie battante que les militants et sympathisants de la mouvance présidentielle ont investi le stade de Wanani pour leur premier meeting officiel dans l’île de Djumbe Fatima.

L’Alliance de la mouvance présidentielle a ouvert sa campagne électorale à Mwali, hier mardi 26 février à Wanani. C’était l’occasion pour le directeur de campagne de l’Amp, d’exprimer sa «satisfaction» pour le climat politique paisible qui règne dans l’île et «la réussite du meeting». Houmed Msaidié affichera son optimisme quant à «la réélection de ses candidats dès le premier tour», selon ses termes. «Je remercie les habitants de Mwali pour leur accueil légendaire», a-t-il déclaré avant d’inviter leurs concurrents «à accepter les résultats qui sortiront des urnes le 24 mars prochain».
Pour sa part, le grand notable de la région a mis l’accent sur «l’expérience et la vision d’émergence du chef de l’Etat en congé, Azali Assoumani, candidat à sa propre succession». Chamsi Bounou a vanté les mérites d’un «visionnaire qui ne s’est jamais trompé». Fustigeant ceux qui les qualifient des démagogues, le notable a lancé : «vous n’allez pas quitter le palais présidentiel de Beit Salam en 2021, car nous vous laisserons jamais la chance d’y sortir».
À son tour, le gouverneur sortant de l’île de Mwali, Mohamed Said Fazul, a souligné d’abord l’amour qu’il porte aux Mohéliens avant de poursuivre que «depuis l’avènement de mon élection en 2002, je n’ai jamais allé à l’encontre des missions que les Mohéliens m’ont toujours confiées. Lors de mon premier mandat, vous m’aviez donné comme un mot d’ordre de défendre l’autonomie de l’île et si nous avions eu un président de la République natif de Mwali, sans pour autant me vanter c’est en partie grâce à moi». Et de terminer que «quand vous m’aviez élu en 2016, vous m’avez demandé de travailler en concertation avec le chef de l’Etat et j’ai suivi votre directive à la lettre et mes détracteurs me reprochent d’avoir fait ce que vous m’avez demandé de faire et non ce qu’ils auraient aimé que je fasse «.
Celui qui s’autoproclame «Coach», Abdallah Said Sarouma, a mis l’accent sur les critères d’un bon dirigeant. Pour lui, un bon dirigeant, ce n’est pas «celui qui pense au prochain mandat mais plutôt à la prochaine génération». Sarouma invite les Comoriens à voter en masse pour donner une leçon de démocratie au monde entier. Enfin, Azali Assoumani a insisté sur «la paix» qui reste «un héritage qu’il faut préserver «. Azali Assoumani dit regretter «ceux qui prennent les Comoriens pour d’autres». Avant de clore son propos, le candidat de la Mouvance a lancé un pic à l’endroit de ses concurrents qui promettent de remettre le pouvoir en 2021. «Comment un candidat prétend qu’il laissera le pouvoir en 2021 alors qu’il prêche un programme de 5 ans ?», s’interroge-t-il. Dans un document-programme du candidat distribué à cette occasion, Azali Assoumani s’engage à «(…) faire des Comores un pays uni, stable et prospère. […] Une croissance économique annuelle passant de 3% à 8%».

Chamsoudine Said Mhadji
et Ahamada Combo Yassine/Alwatwan

La Rédaction

2 commentaires sur «faire des Comores un pays uni, stable et prospère»

  1. Héwé wa MWALI, LE premier président de MOHELI est arrivé au pouvoir grace auX ANJOUANAIS l’ ex – président AHAMED ABDALLAH SAMBI qui a épaulé l’ ex- président IKI LILOU DHOININE.MAIS mais notre colonel a comme d’habitude de tromper le peuple comorien. KWAHERINI

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*