Faire partir Azali demande de l’intelligence et non du soif du pouvoir

Vous les députés de l’opposition qui se sont faits gazés. Tant mieux pour vous et qu’il en soit ainsi. Vous pensez que c’est vos larmes de crocodile (matsozi yachinafiki) qui fléchiront Azali.
Ce n’est pas non plus le gargouillement de vos ventres creux affamés du pouvoir qui va réveiller le peuple. Avec ce qui vient de se passer aujourd’hui je me demande si vous n’êtes pas votés par le même truchement qu’Azali .C’est à dire par accident. Non seulement vous n’avez pas de projet de société mais surtout il vous manque de vision et de stratégie politique pour sauver le pays. Les institutions de la république sont des zones rouges. Vous vous attendaient à quoi en forçant le portail ?

Certes, Azali viole sans scrupule les lois et nos libertés fondamentales. D’ailleurs vous les avez tous violer perpétuellement avant que ça soit le tour d’Azali. Qu’est ce qui nous dit que vous n’allez pas les violer une fois qu’on se débarrasse d’Azali ? Répondre à cette question c’est se faire la voix des sans voix : la majorité silencieuse. Cela consiste impérativement à renouveler à la fois la classe politique et le système politique. Au lieu de cela, vous voulez rameuter la population à l’abattoir de kiki, un boucher sanguinaire qui ne recule devant rien.
Vous avez échoué aujourd’hui et vous allez toujours échouer dans la mesure où votre seul objectif c’est de faire du peuple un bouclier humain dans votre quête pour le pouvoir.

Arrêtez votre course effrénée pour le pouvoir. L’heure est venue de souffler un vent de changement. J’ai eu l’occasion dans un enregistrement vidéo disponible sur You tube de jeter les bases d’un nouveau système repartie en deux volets
1- Informatiser la gestion des finances publiques de la sorte que chaque comorien partout où il se trouve peut se connecter pour suivre le mouvement de ce qui entre et des dépenses de l’état comme s’il regarde un match de foot en HD (haute définition)
2- Profiter des atouts de la révolution numérique. Mettre en réseau tous nos intellectuels dans un assemblé ou congrès virtuelle. Tous les sujets qui engagent l’avenir du pays seront discutés au sein de cette institution. et des citoyens regroupés en des associations de défense seront autorisées à apporter leurs contributions afin de dégager la volonté de la majorité.
Ce n’est pas logique qu’un éminent docteur comme Mohamed Rafsandjani n’a pas sa place dans la société. Il me semble qu’il est animé par une volonté inébranlable de mettre ses compétences a la disposition du pays.au lieu de cela, si on n’arrive pas à l’acheter on veut lui faire taire par tous les moyens. Raison par laquelle c’est tout le système politique qu’il faut revoir.

Par Cap Patrie

1 commentaire sur Faire partir Azali demande de l’intelligence et non du soif du pouvoir

  1. Si Révolution et Martyre sont à prévoir dans notre modeste pays pour enfin changer les choses et que cela soit pour toujours, ce sont ses élus opposants qui seront à l’origine mais pas le citoyen lambada, tout partira des élus opposants suivi des intellectuels avec l’appui des citoyens si vraiment nous souhaitons une vraie Révolution qui changera les mentalités de nos politiques.

Répondre à ouded Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*