Feuille de route Moroni-Paris : Le Comité Maore demande la divulgation du contenu de l’accord

Pour le Comité Maore, la feuille de route signée entre Soeuf Mohamed El Amine et Jean-Yves Le Drian, ne concerne pas seulement le visa Balladur, mais d’autres questions importantes, qui méritent d’être connues par les comoriens. Allant jusqu’à demander la dissolution du Haut conseil paritaire (Hcp) et la réintroduction de la question à l’ordre du jour du conseil de sécurité de l’Onu.
 
Suite à la signature de la feuille de route entre la France et l’Union des Comores par le ministre des Affaires étrangères, Soeuf Mohamed El Amine et son homologue français, Jean-Yves Le Drian, le 12 septembre 2017 au Quai d’Orsay, l’actualité diplomatique entre les deux pays sur la question de Mayotte défraie la chronique. Le Comité Maore a organisé une conférence de presse, le vendredi 6 octobre au restaurant Lulu pour apporter son point de vue par rapport à cette feuille de route et sa teneur.

 La concession des Comores
A cet occasion, le président fraîchement élu du Comité Maore, Faouzi Ahamada, a tenu à rappeler qu’ils restent “fermes et catégoriques” suite à ce qui circule sur une éventuelle gratuité du visa d’entrée à Mayotte. Leur seule et unique position, est la suppression définitive du visa Balladur, qui est responsable de la mort de milliers de comoriens dans le bras de mer séparant Mayotte et les autres îles de l’archipel. Pour eux, la rencontre entre les deux ministres des Affaires étrangères laisse entendre un assouplissement du visa d’entrée à Mayotte, “or que ce n’est pas la question, puisqu’il restera toujours réservé aux élites comoriennes”.

Pour Me Marco Raymond, un renoncement de ce genre de la part de la France a toujours un prix à payer ou une concession pour la partie comorienne.
    Soit notre pétrole, soit accepter le changement de nom de la Commission de l’océan indien en Communauté des Etats, pour permettre à Mayotte de participer en tant que communauté, ou autre chose, mais, le ministère des Affaires étrangères cache quelque chose aux Comoriens, fait-il comprendre. 
Le président du Comité Maore dénonce cette feuille de route, qui selon les commentaires des uns et des autres, stipulerait que des éléments de l’armée française vont renforcer la police aux frontières comoriennes, pour la surveillance des mouvements de la population comorienne entre les îles de l’archipel ainsi qu’une possibilité, que, ce”visa de la mort” soit délivré par le ministère de l’Intérieur.
 
 
Un mépris de l’Etat français
Aux yeux du Comité Maore, ça symbolise un mépris de l’Etat français vis-à-vis du peuple comorien. “C’est suite à ces inquiétudes que nous exigeons que cette feuille de route soit rendue public, pour que le peuple comorien sache à quoi s’attendre de cet accord”, déclare Faouzi Ahamada. Suite aux dernières évènements survenus dans l’île de Mayotte et qui ont conduit les autorités françaises à différer cette feuille de route à la demande des élus Mahorais, Faouzi Ahamada propose la dissolution du Haut conseil paritaire (Hcp), qu’il accuse de ne pas servir les intérêts comoriens.
 
La politique du bâton et de la carotte
Pour le Comité Maore, les négociations ne sont pas la voie qui fera revenir l’île de Mayotte dans son giron naturel. Il propose ainsi que la question soit réintroduite à l’ordre du jour du conseil de sécurité de l’Onu. Le président du Comité Maore a fait savoir qu’à l’approche du sommet de l’Onu, une délégation comorienne est toujours conviée au Quai d’Orsay, pour aller calmer les interventions de la partie comorienne à la tribune des Nations Unies.
“Heureusement que le chef de l’Etat a compris la politique du bâton et de la carotte de la France et nous tenons à saluer son discours lors du 72ème assemblée générale, même si lors de sa conclusion, il est revenu sur la question des négociations qui n’a rien apporté, depuis 42 ans”, souligne-t-il. Avant de poursuivre que “on ne comprend pas que la France, qui, suite à la crise catalane, appelle à l’unité de l’Espagne alors que derrière, elle a pris une partie de notre territoire”.
 
 
Une stratégie d’affaiblissement
Pour illustrer le mépris de l’Etat français envers l’Etat comorien, Ahmed Djaffar est revenu sur les derniers évènements de l’assemblée nationale et du sénat français. Le député Mahorais, Mansour Kamardine est élu président du groupe d’amitié France-Comores tandis que le sénateur de la République en marche issu de l’île de Mayotte, Thani Mohamed Soilihi, vient d’être désigné vice-président du sénat. “Tout ça c’est pour donner de la force aux séparatistes mahorais et affaiblir la partie comorienne”, dira-t-il. 

Ali Abdou/Alwatwan 

2 commentaires sur Feuille de route Moroni-Paris : Le Comité Maore demande la divulgation du contenu de l’accord

  1. Je l’ai dit dès le début cette affaire dans mes commentaires que si l’occupant vous demande un doigt, c’est pour vous prendre le bras.
    Malheureusement, à l’exception d’Ali Soilih, notre pays a été toujours dirigé par des collabos à l’occupant (que dieu les maudisse!).
    Par ailleurs vous dites que le contenu de la feuille de route doit être divulguer, vous avez raison même je sais que ce contenu ne nous sera jamais favorables.
    Ce que nous voulons c’est le départ pur et simple de l’occupant et tous les harkis mayorais.
    Ces derniers auront le choix entre la gauloisie ou la pendaison.
    Quant aux traitres tel que le petit Amine, Azzaro, Cambi El Chourti, l’avocat M’zimba M’passouha, Abdou Soefou, les responsables du séparatismes anjouanais..etc seront jugés et pendus pour haute trahison à la nation.
    Le peuple comoriens n’oublie jamais, il peut pardonner!
    Peuple comorien, que vous soyez fonctionnaire, « baharia », policier, secrétaire,
    balance votre supérieur au peuple s’il est coupable de trahison car un jour les traître payeront leur trahison à la nation.
    Que dieu les maudisse!

  2. Stefane Choco, un sanglier qui vaut même pas un citron en métropole mais roi chez les harkis mayorais.
    Comme au Côte d’ivoire de Bagbo, tu rentrera gauloisie bientôt pour pointer le RSA.
    Gros porc!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*