Fin de calvaire pour les 86 migrants comoriens ?

Al-watwan a appris hier, dans la soirée, de sources émanant des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur, qu’un charter affrété par l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), en provenance de la Libye, allait atterrir la nuit du mercredi, aux environs de 23 heures, à l’Aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim (Aimpsi). L’avion aurait à son bord “ 86 migrants comoriens dont 36 femmes et 50 hommes”, selon une source du ministère de l’Intérieur. Dans ces 86 migrants figureraient deux personnes malades, toujours selon notre interlocuteur. Le vol aurait quitté Tripoli mercredi vers 15h55, heure libyenne. Les ressortissants comoriens auraient en tout fait 7 heures de vol, sans escale, de Tripoli la capitale libyenne à Moroni.
 
Al-watwan a appris hier, dans la soirée, de sources émanant des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur, qu’un charter affrété par l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), en provenance de la Libye, allait atterrir la nuit du mercredi, aux environs de 23 heures, à l’Aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim (Aimpsi), “avec à son bord 86 migrants comoriens dont 36 femmes et 50 hommes”, selon une source du ministère de l’Intérieur. Dans ces 86 migrants figureraient deux personnes malades, toujours selon notre interlocuteur.
Le vol aurait  quitté Tripoli mercredi vers 16 heures, heure libyenne. Les ressortissants comoriens auraient en tout fait 7 heures de vol, sans escale, de Tripoli la capitale libyenne à Moroni.
Dans nos précédentes éditions, nous annoncions le rapatriement de 85 ressortissants comoriens bloqués dans des centres de rétention en Libye, parmi lesquels un mineur. Annoncé au départ le 7 décembre, la date de leur arrivée avait été par la suite décalée au 12 et 20 décembre, puis finalement au 21 ou 22 décembre.

Leur retour est, semble-t-il, acquis. Une personne vient s’ajouter à la liste précédemment annoncée. 86 ressortissants vont donc refouler le sol comorien, après de longs mois de galère dans l’enfer libyen.

Le 14 novembre dernier, pour rappel, la chaîne américaine Cnn publiait un reportage mettant à jour les trafics d’êtres humains en Libye. Ce reportage a été suivi par une vague d’indignations venue des différents coins du monde.
Les Nations unies, l’Union européenne, mais surtout l’Union africaine, condamneront cette pratique qui rappelle les dures heures de l’esclavage. Dans la foulée plusieurs pays africains annonceront, en étroite collaboration avec l’Oim, le rapatriement de leurs ressortissants bloqués en Libye.
Le 4 décembre, les trois instances citées, jointes par l’Oim et le Hcr (Haut commissariat aux refugiés), organiseront une rencontre à Addis-Abeba afin de réfléchir sur les moyens d’accélérer les processus de rapatriement.
Plusieurs pays africains avaient enclenché le processus dès la fin novembre. Aux Comores l’annonce a été faite par le ministère des Affaires étrangères. Les familles se pressaient dans ledit ministère pour s’enquérir du sort de leurs proches. Ce jeudi matin, on l’espère, sonne la fin de ce très long calvaire.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*