Fin de la formation des garde-côtes par la légion étrangère de Mayotte

Des certificats de mérite ont été
décernés aux bénéficiaires de la for-
mation des garde-côtes qui a duré 2
semaines. A l’occasion de la cérémo-
nie de clôture tenue à Itsoundzou, le
directeur de cabinet du chef de
l’Etat chargé de la défense, a annoncé «des réformes profondes » et
imminentes au sein des forces de dé-
fense et de sécurité.

Hier jeudi, la formation dont bé-
néficiaient les éléments de la
garde-côte comorienne, a of-
ficiellement pris fin. Au total, 42 mili-
taires se sont vus décerner des
certificats. Une formation qui a été dispensée par l’armée française à travers le détachement de la légion étrangère de Mayotte que le directeur de cabinet en charge de la défense gratifie « pour son savoir-faire, sa disponibilité et sa rigueur ».

Elle comportait trois volets à savoir
l’instruction sur les tirs au combat
(ISTC), le combat (niveau compagnie,
section, équipe) et le sauvetage au
combat. « Ces acquis vous appartien-
nent et c’est à vous de les mettre à profit. En ce sens, c’est une chance et un atout majeur pour vous que d’avoir participé à une formation de qualité que nombreux de vos collègues vous envient certainement », a déclaré le directeur de cabinet, s’adressant aux bénéficiaires de la formation, dont 10 ont été distingués pour leurs efforts et leur persévérance.

Youssoufa Mohamed Ali ne tarira
pas d’éloges à l’endroit de la coopéra-
tion française, grâce à qui le pro-
gramme de formation militaire a été
redynamisé depuis l’arrivée de la nouvelle ambassadrice, fin 2017. Cette
année, trois formations au programme au niveau local. Après les garde-côtes, la FCD et la gendarmerie en bénéficieront aussi. Fin mars, 25 gendarmes devraient mettre les voiles pour une formation de guerriers à la Réunion.

En chiffre global, de 2013 à nos jours,
plus de 1000 militaires comoriens ont
été formés dans le cadre de ce pro-
gramme.

Ces derniers temps dans le pays,
les hommes en treillis sont à l’origine
de nombreuses bavures. C’est dans ce
contexte tendu que le directeur de ca-
binet chargé de la défense a, au cours
de son intervention, annoncé des « ré-
formes profondes » au sein de l’armée
« dans les semaines à venir ». «Ces ré-
formes font partie intégrante des re-
commandations issues des assises
nationales. Ainsi, la vérité de nos engagements et de nos ambitions justifie un haut niveau d’exigence ».
En effet, le dialogue national du 5
au 12 février a recommandé, dans
l’immédiat, de promouvoir l’esprit ré-
publicain au sein des Forces armées,
améliorer les relations entre les
hommes en tenue et la population
(cours d’éducation civique), développer les relations civilo-militaires, mettre en place des journées portes ouvertes (sensibilisation, lobbying),
crédibiliser l’institution militaire à
l’égard de la population, entre autres
recommandations.

Toufé Maecha / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*