Fin de mandat du président Ikililou : A Mohéli, le cœur n’y est plus

A moins de 8 ou 7 mois de la fin du mandat du président Ikililou, tout Mohéli s’interroge sur ce qui les attend au lendemain du départ du président Ikililou de Beit-Salam. Les courtisans du chef de l’Etat qui l’ont conduit le dos au mur sont présents chaque jour ici à Mohéli et on les sent tous complètement perdus dans la nature. Hier, ils s’appuyaient sur le dos du gouverneur dieu, Mohamed Ali Said pour chercher refuge dans l’Île, mais tout cela a pris fin depuis que le gouverneur a officialisé son divorce avec Ikililou qu’il accuse de traitre. Mohamed Ali Said, qui sent déjà le coup venir de voir sa candidature rejetée au profit de celle du directeur général de Comores Telecom, Abiamri Mahmoud, soutenu par Mamadou, a pris ses distances auprès d’Ikililou et a donné l’ordre à ses députés et conseillers de se retirer de la majorité présidentielle. Un spectacle qui réjouit ceux qui ont toujours attiré l’attention d’Ikililou sur ce gouverneur commerçant qui ne voit que ses intérêts personnels.

image

Mohamed Ali Said aurait envoyé déjà les membres influents de son cabinet pour s’excuser auprès de son frère vice-président, Dr Fouad Mohadji, qu’il a humilié et mal traité sous les ordres de Beit Salam. Il regrette aujourd’hui ses gestes et une réconciliation serait en cours. Où va-t-il atterrir notre gouverneur ? La réponse est dans l’air et attendons voir. Certains disent que pour faire mal à Ikililou, Mohamed Ali Said tentera de caresser la main de Sambi, une équation lourde à résoudre connaissant la situation politique actuelle.
Mohéliens que nous sommes, avons tiré la sonnette d’alarme sur la manière dont Ikililou a dirigé ce pays. Il a confisqué le pouvoir à Mohéli, oubliant que c’est une tournante et demain, le tour revient aux wangazidja. Dans tous les domaines de l’Etat, les mohéliens dominent, et nous devons le dire aujourd’hui, nous mohéliens sans avoir froid aux yeux. Si aujourd’hui, notre grand frère vice-président Fouad, se trouve marginalisé et humilié par Ikililou avec la complicité de Makridine et laborantin de la présidence de la République, c’est parce qu’il a été conscient du danger qui arrive mais comme, Ikililou n’écoute que les voyous qui lui cirent les chaussures, ne voulait rien entendre et c’est toute l’Île de Mohéli qui se trouve dans cette situation difficile. Mohéli ne cotise rien, pourtant, le pouvoir central a toujours été clément envers nous, mais aujourd’hui, ce qu’a fait Ikililou en donnant tous les postes stratégiques aux mohéliens, cela ne plait pas aux wangazidja et la sentence sera difficile à digérer. Dans le blog Mlimadji, un article a été publié dans ce sens pour monter le partage des recettes de l’Etat et à quel hauteur Mohéli contribue, dont nous recommandons aujourd’hui sa publication afin de sensibiliser l’opinion pour que demain on ne parle pas d’acharnement ou de règlements de comptes.

Les mohéliens comme nous qui avons épousé un profil bas, on se rendra à Mohéli par l’aéroport et ceux et celles qui ont cru que les cinq ans ne finiront jamais, partiront à travers Chindini, si on leur laisse le temps de monter dans les différentes pirogues construites et qui attendent les protégés du président. On n’a pas été élégant dans le partage du pouvoir, et ceux qui ont tenté de convaincre Ikililou d’aller tout doucement, ont été viré du navire, humiliés, trainés dans la boue, et aujourd’hui, l’histoire leur donne raison car ils seront les seuls survivants de ce navire en naufrage. Normal quand le gouverneur Mohamed Ali Said force la main de ceux qu’il a manqués respect, veut se faire pardonner. En attendant la publication de l’article sur le partage des recettes de l’Etat, nous souhaitons bon ramadan aux mohéliens comme nous, oubliés par ces cinq ans de pouvoir.

Issoufa Ali

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*