Fonction publique : des hauts responsables invités à s’expliquer

Alors qu’on se prépare à un troisième mois de paiement par chèque, le nouveau système expérimenté depuis le paiement du mois de mars dernier par le gouvernement comorien pour réparer les irrégularités que le dernier recensement des agents de l’Etat a pu déceler, le chef de l’Etat, Ikililou Dhoinine, a demandé aux hauts responsables de la Fonction publique “des réponses précises sur le dernier recensement des agents de l’Etat, le cas des recrutements effectués en dehors de tout concours ou par appel à candidatures conformément au décret et textes en vigueur“, ont rapporté les services de communication de la présidence, lors d’une réception au palais présidentiel de Beit-Salam, le lundi 4 juin dernier.

La délégation conduite par le ministre de la Justice et de la Fonction publique, Dr Anliane Ahmed, a été composée de la directrice générale de la Fonction publique, Kalathoumi Djamadar, et du secrétaire exécutif de la Haute autorité de la Fonction publique, Cheikh Allaoui. Certains dysfonctionnements dans le fichier de la Fonction publique, notamment les cas de deux salaires versés à un même agent ou à un autre qui n’est pas en fonction ou, pour certains agents, des avancements qui ne respectent aucune logique, aurait relevé le Secrétaire Exécutif de la Haute autorité de la Fonction publique au cours des entretiens.

De son côté, la directrice générale de la Fonction publique a expliqué, selon les mêmes services, que les textes existant ne sont pas appliqués et que plusieurs agents ayant atteint la limite d’âge ne sont pas mis à la retraite. Elle a également assuré que depuis mai dernier, il n’y a eu ni recrutement, ni avancement, ni bonification. Elle a, par ailleurs, proposé un travail en réseau pour rentabiliser le logiciel Gise (Gestion intégrée des structures et des effectifs) et éviter toutes les erreurs constatées.

Celle-ci aurait, également, souhaité disposer du fichier du dernier recensement et du rapport émis par le Secrétaire général du Gouvernement à l’issue du paiement par chèque des fonctionnaires, pour que la Fonction publique puisse prendre et appliquer les décisions qui s’imposent et mettre en application les cadres organiques de l’Union et des îles, pour aboutir à l’unification de la Fonction Publique. Toujours au cours de ces entretiens, le président Ikililou a montré son inquiétude quant aux dysfonctionnements sur le fichier des agents de l’Etat, dont certains continueraient, des années durant, à percevoir un salaire ou même deux, alors qu’ils sont normalement soit affectés dans un autre service, soit ils ont cessé d’exercer.

Le comité de pilotage qui était chargé du dernier recensement des agents de la Fonction publique avait parlé de 13.164 agents fonctionnaires, toute catégorie confondue, recensés entre juin et décembre 2011. Les nouveaux cadres organiques pour le personnel des ministères, qui attendent d’être mis en place, eux, donnent le chiffre de près de 10.672 postes existants. Enfin, selon les autorités de la Fonction publique, l’objectif serait d’arriver à une unification de la Fonction publique, qui sera “moderne“ et “assainie“.

Source: alwatwan  auteur: Kamardine Soulé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*