Formation technique et professionnelle Former pour produireet réduire le chômage

​Le week-end à Itsandra, environ 160 cadres et entrepreneurs ont animé l’atelier sur le recadrage de l’offre de formation technique et professionnelle (Ftp). Approximativement une demi-dizaine de secteurs a fait l’objet d’un débat riche. Ils doivent servir de tremplin pour l’insertion et l’installation des jeunes formés. Le seul hic, le niveaurequis pour l’encadrement et la nature de la formation, qualifiante,certifiante ou diplômante, et le financement des projets ne sont pas déterminés. La formation est financée par l’Union européenne (Ue).

Sous le haut patronage du Ministère de la Jeunesse, de l’Emploi, de l’Insertion professionnelle, de la Culture et des Sports, la table ronde du samedi 19 novembre dernier a vu la participation des responsables de tous horizons, hommes et femmes. L’allocution d’ouverte a été tenue par Salim Mohamed Abderemane, ministre de tutelle. « Soyez les bienvenus à l’atelier pour la mise en place des bases endogènes et appropriées sur le recadrage de l’offre de la Ftp », annonce le Ministre.

Au menu, le recadrage de l’offre de la Ftp, la réflexion sur la mise en œuvre effective de la loi sur l’orientation de la Ftp, enfin la validation et la signature de la charte tripartite. La contribution des entrepreneurs, enseignants, cadres de l’Union européenne, etc. présents à Itsandra a enrichi le document de base.

Un jeune un projet, emplois

Sur un ton apaisant, la directrice générale de la Ftp explique : « C’est un processus. Aujourd’hui, on a retenu juste quatre secteurs, estimés prioritaires ». C’est bien de former les jeunes pour réduire le chômage. Et quel sera le niveau requis ? Où sont les sites qui vont accueillir les stagiaires ? Quelle sera la nature de la formation ? Ce projet serait salutaire, si les conditions d’octroi des prêts et les opérations des organismes de crédit et d’épargne sont accessibles aux jeunes en quête d’installation. Fundi Moumini pense : « La Ftp vient de franchir un pas important dans la formation des jeunes afin de les mener sur le marché du travail ». Si cela se réalise, le slogan « un jeune, un projet un ou plusieurs emplois » sera concevable.

Bm Gondet/LGDC 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*