En ce moment

France : soupçonné d’organiser des mariages blancs, le bras droit d’un maire mis en examen

Chaba Oud-Braham, très proche de la maire Martine Valleton (LR), dont elle a été témoin de mariage, aurait organisé de fausses unions en échange de contreparties financières.

Tremblement de terre à Villepinte : suspectée d’organiser des mariages blancs, Chaba Ould-Braham, la collaboratrice la plus proche du maire (LR) Martine Valleton, a été mise en examen mercredi et doit être déférée devant un juge d’instruction ce vendredi, avec trois autres personnes. Tous sont soupçonnés d’être au cœur d’un vaste système d’organisation de fausses unions. Ils risquent dix ans de prison.

L’édile et son époux Jean-Paul Valleton, conseiller municipal chargé de l’état-civil, auraient aussi été auditionnés comme témoins par les enquêteurs, dans la journée de jeudi.

Arrêtée à l’aéroport

Chaba Ould-Braham aurait été arrêtée dans un aéroport parisien ce mercredi matin dans le cadre d’une enquête ouverte avant l’été par le parquet de Bobigny. Motifs? « Mariages contractés aux seules fins d’obtenir ou de faire obtenir un titre de séjour, ou d’acquérir ou de faire acquérir la nationalité française en bande organisée », « faux et usages de faux », « obtention et complicité d’obtention indue de documents administratifs », et « association de malfaiteurs en vue de commettre des délits punis de dix ans d’emprisonnement ».

Au cœur de l’enquête : de faux mariages entre inconnus… mais validés administrativement : une pratique illégale qui permet à des étrangers d’obtenir des papiers, en échange d’une contrepartie financière pour la personne de nationalité française acceptant ce deal, mais aussi pour l’intermédiaire facilitant cette union.

Selon une note interne à la mairie de Villepinte que « le Parisien » avait révélé en janvier, les services municipaux avaient formalisé leur inquiétude au sujet du « manège » de Chaba Ould-Braham — officiellement chargée des relations avec les quartiers — qui se montrait insistante auprès des agents de l’état-civil pour demander que des « couples d’amis soient mariés très rapidement », lesdits couples étant parfois hébergés par elle-même.

Une mère et sa fille avaient carrément été mariées à quelques mois d’intervalle avec des hommes sans autorisation sur le sol français, dit encore cette note ! Ces agissements auraient eu lieu à Villepinte, mais aussi Tremblay-en-France, Sevran, et Montreuil.

Des élus chargés de célébrer les mariages avaient aussi pointé des « cérémonies sans invités, sans affect entre les mariés, que Chaba Ould-Braham déposait elle-même devant la mairie ».

Réunion de crise

Dans la foulée de son interpellation, des perquisitions ont eu lieu au domicile de la principale intéressée, où une somme de 30 000 € aurait été découverte par les enquêteurs, ainsi que des dossiers d’Etat-Civil issus des armoires de l’hôtel-de-ville.

Une réunion de crise a été organisée en mairie ce vendredi après-midi.

Car inévitablement, les soupçons qui pèsent sur cette contractuelle éclaboussent Martine Valleton, candidate à sa propre succession. « C’est sa fille spirituelle », souffle un proche de la majorité. La contractuelle a ainsi été témoin de mariage de l’édile et de son mari, lui aussi élu, et sa sœur est leur femme de ménage. Elle accompagne aussi régulièrement le couple en vacances, servant de chauffeur à cette occasion. Et dans la vie municipale, « elle est au cœur du système Valleton : elle a son oreille, influe les décisions, et fait aussi le… sale boulot », souffle-t-on dans l’entourage du maire.

Surnommée « Benalla » à la mairie

Dans la foulée de nos révélations, Martine Valleton avait bien déclenché une enquête administrative. Qui n’avait rien donné. Il faut dire qu’elle était pilotée par l’ancien responsable… du service de l’Etat-Civil.

Dans les couloirs de l’hôtel-de-ville, l’affaire ne surprend pas grand monde. « Beaucoup s’interrogent sur son emprise auprès du maire, dit un habitué de la mairie. A tel point qu’elle est surnommée… Benalla ! » Et de s’interroger sur « la Mercedes flambant neuve » acquise par la concernée, il y a quelques mois, avant qu’elle ne bénéficie d’une… voiture de fonction.

Contactée ce vendredi, Martine Valleton et son cabinet n’ont pas répondu à nos sollicitations. Interrogée au sujet de l’enquête en cours il y a quelques jours, l’édile se disait toutefois… sereine sur son issue.

Source: Le Parisien

1 commentaire sur France : soupçonné d’organiser des mariages blancs, le bras droit d’un maire mis en examen

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*