« Gestion et désignation : le peuple comorien a droit à de la transparence et des explications ! »

Depuis 2016, le Président et son gouvernement au pouvoir mangent leur pain blanc. Mais à la succession d’échecs, d’erreurs et d’errances depuis 1 an viennent s’ajouter chaque mois des méthodes douteuses, indignes, et si elles s’avèrent exactes, inacceptables pour les comoriens confrontés aux plus grandes difficultés.

 

« Si des membres du gouvernement tirent profit de leur position pour avantager des membres de leur famille, ce n’est pas acceptable. Si cela est justifié par une compétence, alors il faut des explications. » insiste Salim SAADI.

 

Le 1er vice-président est accusé dans de nombreux articles de presse (dont comores-infos.net) de placer depuis plusieurs mois les membres de sa famille à des postes stratégiques, laissant supposer une forte présomption de prise illégale d’intérêt et donc d’une volonté de s’enrichir personnelle- ment. Ces accusations n’ont fait l’objet d’aucune contestation ni d’explication de la part de l’inté- ressé, ce qui est pour le moins surprenant, pour ne pas dire invraisemblable.

 

Les rêves de changement pour les comoriens s’éloignent à mesure que les mois passent, l’Union des Comores n’en sortira pas gagnant. I

 

« Il m’est de plus en plus insupportable de savoir que ces gens se servent sans vergogne, quand dans le même temps la situation des habitants ne s’améliore pas » explique Salim SAADI.

 

Il est plus que jamais indispensable de construire dès aujourd’hui le changement, avec les hommes et les femmes qui partagent mes valeurs de solidarité, de justice, d’intégrité et dont l’action n’est guidée que par l’intérêt collectif.

 

Salim SAADI, Président d’Al  Qamar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*