Gouvernance en Afrique: Les Comores 32 ème !

Cette année, la Fondation Mo Ibrahim a publié ce 5 octobre 2015 son indice sur la gouvernance en Afrique. Elle passe au peigne fin la photographie des états sur les performances en termes de sécurité, souveraineté et droit de participation, sur les droits de l’homme, développement économique durable et développement humain. L’indice Ibrahim couvre 54 pays d’Afrique. Avec l’aide des données de 28 institutions indépendantes (ONU, Banque mondiale, Banque africaine de développement…), il s’appuie sur quatre catégories de critères: sécurité et État de droit (la protection du citoyen), participation et droits de l’homme (les droits politiques et sociaux), développement économique durable (les conditions de la croissance) et développement humain (la protection sociale, l’éducation et la santé).

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

En apparence, le classement des 54 pays analysés demeure inchangé. On y trouve les mêmes premiers de la classe : Maurice, Cap Vert, Botswana, Afrique du Sud, Namibie, Seychelles, Ghana, Tunisie, Sénégal, Lesotho. À ceci près que ces deux derniers pays ont pris les places de la Zambie et du Bénin dans le top 10. Les mauvais élèves sont toujours la Guinée Bissau, la Guinée Équatoriale, la Libye, la République démocratique du Congo (RDC), le Tchad, l’Érythrée, le Soudan, la République centrafricaine, le Sud Soudan et la Somalie qui ferme la marche.

Les Comores pointent …à la 32ème place !!! avec 48,5 points sur un total de 100. Le pays perd deux places. En 2014, les Comores pointaient à la 30èmeavec 49,3 points. Ce classement démontre encore une fois la mauvaise gouvernance qui règne dans notre pays. Il rejoint les autres classements réalisés par d’autres institutions et organes de presse qui placent les Comores en queue de peloton des pays d’Afrique et du monde.

Notre pays mérite mieux, que ces classements indignes, 40 ans après son indépendance qui font de notre pays le canard boiteux de l’océan indien et de l’Afrique. Une situation qui fait fuir ses enfants, au péril de leur vie. Des centaines de comoriens meurent tous les ans en tentant de rejoindre la quatrième ile de l’archipel demeurée française, Mayotte qui connait une amélioration de ses services sociaux de base alors qu’en 1975, elle était avec Mohéli, l’ile la moins développée. D’ autres fuient vers l’ Europe à travers l’Egypte et la Turquie au péril de leurs vies.

Beaucoup reste à faire, pour renforcer les réformes des politiques économiques et institutionnelles du pays afin d’améliorer son classement. Ces efforts doivent porter sur les politiques de lutte contre la corruption, l’exclusion, la promotion de l’équité avec l’équité dans l’utilisation des ressources publiques, la valorisation des ressources humaines et la protection sociale.

ComoresDroit

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*