Hamas, la tentation Hezbollah

Drapeaux palestiniens et du Hezbollah

Faut-il remonter jusqu’au bannissement de 416 cadres islamistes palestiniens décidé par Yitzhak Rabin en décembre 1992? Les responsables exilés de force s’étaient retrouvés au Sud-Liban et avaient noué des contacts avec un autre mouvement religieux vantant la résistance à Israël dans le même contexte d’islamisation des courants politiques arabes, fût-il de la minorité chiite. C’est au contact du Hezbollah que le Hamas s’était converti aux opérations suicide (que le Fatah, une décennie plus tard, allait ponctuellement adopter) et c’est le Hezbollah qui avait fait figure de modèle en obtenant le retrait israélien de 2000 alors que la société israélienne était lasse de perdre ses soldats dans la « zone de sécurité » taillée à partir de 1978 dans le sud du Pays du cèdre.

Le retrait israélien de 2005 de Gaza avait validé la thèse du rapport de force supérieur à la stratégie de négociation prônée sans guère de succès par le Fatah et l’OLP. En juillet 2006, nouvelle convergence, c’est à la suite d’une offensive israélienne sur Gaza que le Hezbollah avait lancé une attaque sur la frontière sud qui devait déboucher sur une guerre extrêmement violente entre l’armée israélienne et cette milice chiite. Aujourd’hui, la modernisation des moyens militaires du Mouvement de la résistance islamiste le rapproche une nouvelle fois du Parti de dieu libanais qui avait maintenu jusqu’aux derniers jours de ce conflit, en août 2006, la capacité de frapper en profondeur en territoire israélien. Le parallèle ne s’arrête sans doute pas là: le Hamas risque de perdre beaucoup en terme de crédit politique si le coût à payer de l’offensive israélienne (matériel et humain) est jugé exorbitant pour la population civile, comme au Liban en 2006.

Cette émulation historique s’inscrit paradoxalement dans un contexte bien particulier: après la rupture du Hamas avec le régime syrien qui demeure le second parrain, certes loin derrière l’Iran, du Hezbollah. Une divergence stratégique, fondamentale.



  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr


Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*