Harcèlement sexuel à l’Université des Comores

L’Université Des Comores est, depuis sa création, devenue un terrain de chasse pour les enseignants pervers assoiffés de sexe. Certains étudiantes n’ont plus besoin d’étudier pour réussir leurs examens, d’autres échouent uniquement parce qu’elles refusent de se plier aux désirs vicieux de leurs profs. Dans ces établissements, rien ne ressemble à un environnement universitaire digne .Tentation, provocation, menace et chantage ; tous les coups sont permis.

image

Par ailleurs, le niveau de formation continue de se dégrader et personne ne s’intéresse à cette question cruciale qui nuit à l’avenir de l’université et de ses ressortissants. Les auteurs de ces comportements contraires l’éthique, sont pourtant connus mais restent impunis. On peut toujours renvoyer la balle à la justice comorienne qui reste le principal accusé de toute l’impunité généralisée qui règne dans le pays. On oublie cependant que la justice s’applique sur des humains conscients. Sans véritable changement de mentalité, cette justice n’a aucune chance de réussir.

Pour être enseignant dans un établissement public ou privé, il ne suffit pas d’avoir un diplôme supérieur requis. Comme toute activité professionnelle, le métier d’enseignant a des règles strictes. Et ces dernières s’appliquent à tout le monde de la même façon.les critères d’un enseignant ne se résument pas uniquement aux compétences intellectuelles. D’autres facteurs moraux, comportementaux et sociaux sont à prendre en considération. Aujourd’hui, l’université comorienne n’est toujours pas considérée, par le gouvernement, comme un outil majeur pour le développement.

Mais un espace où les bacheliers, dont les familles n’ont pas les moyens de payer leurs études à l’extérieur, peuvent passer du temps en faisant semblant d’apprendre. La sexualité vient justement rajouter quelques degrés aux comportements immoraux qui animent le quotidien des différentes facultés. Il n’ya pas d’endroit où les victimes du harcèlement peuvent aller se plaindre : la raison est que tout l’appareil administratif de l’institution participe a cette mascarade. Certains responsables de départements et de scolarité y sont impliqués.

Il est grand temps de mettre en place un service des affaires juridiques indépendant, au sein de l’université, afin de protéger les étudiants et les enseignants face à de tels actes. Aucune légitimité ne peut être accordée à un établissement d’enseignement si les résultats des étudiants ou élèves dépendent d’autres facteurs qui n’ont aucun rapport avec la formation. Le jeu de sexe contre note d’examen est contre productif et nuit à la qualité de la formation. Qu’on arrête de jouer avec l’avenir de ce pays. Notre université a pour mission : former les cadres de demain pour que notre pays sorte de l’ignorance afin de construire un avenir meilleur. Les comportements de ce genre n’ont pas de place et leurs auteurs doivent désormais être sévèrement punis avec la plus grande fermeté.

Youssouf Ben Ali
Consultant indépendant

3 commentaires sur Harcèlement sexuel à l’Université des Comores

  1. J’ai pas le droit de rigoler pour un sujet aussi grave. Mais comprenez, il faut voir qui ils sont, où ils ont fait leurs études. Mais les universitaires, protégez-vous des pervers. Surtout ne prenez pas exemple sur eux en pensant qu’ils professeurs. Ne répétez pas, je vous en supplie. Bon courage

  2. c’est un problème majeur qui gangrène le pays et accroît
    la médiocrité de notre système éducatif qui bat déjà d’une aile.Un soulèvement des parents des étudiants pour des manifestations pourrait être un début de réponse. Sauf si les parents donnent leur aval pour de tels actes. A suivre…

    • c’est devenu une coutume dejà et ça ne datte pas d’aujrd dépuis des décenis les entrepreneurs les directeurs respectifs avec leurs petites stagiaires une fille ne serra jamais embaucher sans coucher avec le DG ou l’ordre hiérarchique l’université ne fait qu’a prendre le relais et c’est surtout à Vouni que le théatre à pris l’ambiance voyons qu’on ne peut pas devenir un sage du jour au lendemain ce ne sont que ces violeurs et malfaiteurs qui étaient dans nos villages respectifs qui ont faient jouer les touristes pour acheter leur diplomes à Madagascar ou au Magreb alors laissons les marmites dehors car la pluie tombe…..

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*