Hausse des tarifs de Telma : Pourquoi ?

Aussitôt arrivés au pouvoir, les messieurs de l’émergence ont jeté sur le pavé des milliers de jeunes et, par conséquent, retiré le moyen d’existence à des milliers de familles. Mais l’expédition punitive de ce régime est loin d’être dans ses vieux jours. Comme nous l’avons tous appris d’un journal de la place, le gouvernement force la main à Telma pour revoir à la hausse ses tarifs des appels internationaux. Une décision mûrie et réfléchie ou une allégeance à un opérateur qui s’amuse à tirer les ficelles ?

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Je ne prétends pas détenir la réponse à cette mystérieuse question. Mais tôt ou tard nous finirons par la dénicher, cette fameuse réponse. Toutefois, il me convient de rappeler quelques faits qui nous permettront, je l’espère, de voir un peu claire sur ces histoires.

Il y a ce feuilleton Ab-Aviation/Anacm. Un dossier que j’ai eu la chance de suivre dès le début. Souvenons-nous, le président de la république l’avait chargé à son directeur de cabinet. Ce dernier fut éjecté sans ménagement et une commission ad hoc composée de trois conseillers créée.

La nomination de cette commission est loin d’être le fruit du hasard. Un journal de la place avait révélé que ledit directeur de cabinet se fait loger par le directeur de l’Anacm. Ce qui est, sans doute aucun, de nature à influencer l’exercice indépendant de sa mission.

La commission nouvellement mise en place n’était pas chargée uniquement de reprendre là où le directeur de cabinet a faillit à sa neutralité. En plus du feuilleton Ab-Aviation/Anacm, le président de la république leur a confié le dossier Comores-Telecom/Telma. L’interconnexion, notamment. Mais contre toute attente, un membre de la commission, faisant cavalier seul s’est fait prendre la main dans le sac.

En effet, le puissant conseiller, en guise de preuve d’abnégation à l’Anacm, avait publié dans le journal Al-watwan des louanges remplies sur deux pages. Le texte est signé par lui-même. Mais la facture de 220 000Fc, c’est à l’Anacm de la régler comme, également, l’a rapporté un journal de la place.

Aujourd’hui le gouvernement par le biais de cette « majestueuse » commission, contraint Telma à rehausser ses tarifs. Au détriment d’une population composée essentiellement de chômeurs. Cette commission réagirait-elle avec une main innocente ou serait-elle sous l’emprise de tel ou tel opérateur ?

Nous avons toutes les raisons du monde de nous interroger sur les vraies motivations de cette décision.

Toufely Maacha

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*