Homicide présumé de Toiwiya Rakib : Les enquêteurs sur les traces des deux autres suspects en cavale

Selon les informations recueillies auprès du procureur de la République de Mutsamudu, Mohamed Abdallah, les enquêteurs sont sur les traces des deux hommes en cavale suite à cet acte atroce. Un de ses deux hommes est arrêté à Mayotte et l’autre repéré dans le Nyumakele.

L’enquête ouverte suite à la découverte du corps mutilé et sans vie de la jeune femme de 23 ans, Toiwiya Rakib, suit son cours. Selon les informations recueillies auprès du procureur de la République de Mutsamudu, Mohamed Abdallah, les enquêteurs sont sur les traces des deux hommes en cavale suite à cet acte atroce. Un de ses deux hommes est arrêté à Mayotte et l’autre repéré dans le Nyumakele.

Au sujet de ce suspect arrêté à Mayotte, le magistrat préconise le même procédé que celui intervenu lors du retour du suspect de l’assassinat survenu au Sud de Ngazidja, le 26 avril dernier. « Nous sommes en contact avec la police de l’île de Mayotte et nous voulons qu’il soit rapidement expulsé afin d’éviter une perte de temps et les tracasseries administratives et un règlement de compte qui pourrait venir de la part de proches de la victime », a annoncé le procureur.

Quant au second suspect activement recherché par la gendarmerie de Ndzuani, Mohamed Abdallah a confié qu’il a été repéré dans le Nyumakele. Au moment où nous mettions sous presses, les gendarmes se seraient mobilisés pour ratisser les lieux afin de l’arrêter et le présenter devant les enquêteurs. « Nous mettons tout ce qui est à notre pouvoir pour l’arrêter rapidement afin que justice soit rendue », a rassuré le parquetier. Pour ce qui est de la procédure engagée suite à cette découverte macabre, le chef du parquet de Mutsamudu a ajouté que dans un souci de respecter les délais prévus par la loi, l’arrestation de ces deux suspects en cavale doit se faire rapidement. « Toutefois, si cela devrait prendre du temps, nous procéderons au déferment des deux suspects gardés à vue et envisageons d’ouvrir rapidement une information judiciaire afin de savoir ce qui s’est réellement arrivé à cette jeune femme », a-t-il informé.

Par rapport à cette information judiciaire qui pourrait être ouverte ce mercredi 15 mai, Mohamed Abdallah a fait savoir qu’au regard des éléments en leur possession, le juge qui aura la charge de ce dossier va axer son instruction sur « les faits de viol et homicide volontaire. Nous pensons que la jeune femme était victime de viol, d’homicide ».

Disparue depuis le 28 avril, il y a juste deux semaines, Toiwiya Rakib, son corps mutilé et sans vie, a été retrouvée sur la plage Papani, à côté de Domoni, le dimanche 12 mai. Après cette découverte, le parquet de Mutsamudu et la gendarmerie de Ndzuani ont placé deux personnes en garde à vue et partis à la recherche de deux autres personnes supposées être derrière cet homicide.

Mariata Moussa / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*