En ce moment

Hommage : Kemal l’Elégant

Avec Said Ali Kemal, c’est l’élégance dans la légende. Dans son parcours, dans sa pratique sociale, dans sa culture du mieux vivre ensemble, dans son expérience politique et professionnelle, Kemal était durablement dans l’élégance.
De sa voix grave sur les ondes de radio France, de Paris à Djibouti, il a fait vibrer l’élégance journalistique à la fois par l’objectivité et le professionnalisme, en fait, une voix qui faisait aimer le métier d’informer, de former et de divertir.
De son savoir-faire et de ses connaissances du monde, il a innové notre diplomatie dans l’élégance lorsqu’il était ambassadeur des Comores à Paris. La dignité avec laquelle il représentait notre pays lui a valu l’estime de ses homologues internationaux, un respect cultivé et récolté pour notre pays.
Fondateur du parti Shuma, un nom dont l’origine vient de la célèbre réplique de son père le regretté prince Said Ibrahim lorsqu’il a dit « mi roho shuma », j’ai le cœur aussi solide que le fer, Said Ali Kemal a réussi une formation politique de principes et d’engagement. Un parti dont l’élégance idéologique a fait de lui une force qui défend le peuple, certainement, une noble inspiration du parti Umma ( peuple) de son père avec comme mot d’ordre, hubbul watwani minal iman ( aimer son pays, c’est la foi)
Ministre, il s’est distingué en agissant sur l’amélioration des conditions de vie de la population par un pouvoir d’achat consolidé lorsqu’il était en charge de l’économie et des finances. Et que dire de cette élégance politique de démissionner de son poste de ministre parce que la politique du gouvernement divergeait sur sa ligne politique. Ce geste de courage lui a valu le respect et l’intégrité que le peuple lui reconnaît.
Candidat à des élections présidentielles, il haranguait les foules pour l’espoir qu’il incarnait et toujours élégant dans le discours, dans la dénonciation du sytème et dans la volonté farouche de partager sa croyance pour un futur optimiste.
Élu député de la région de Bambao, celui que l’on appelait l’enfant cheri d’Ikoni, une grande ville au passé glorieux qui a fait de lui un leader politique accompli et incontesté, il a démontré une hauteur parlementaire exemplaire. En tant que doyen de l’Assemblée Nationale, il avait cultivé une posture de modérateur de l’institution et de facilitateur du débat constructif, en fait, une référence de l’élégance démocratique.

Comme pour beaucoup d’acteurs politiques du pays, quand je rendais visite à Kemal dans sa magnifique résidence, ce n’était pas seulement sa petite belle case en bois que j’admirais. En effet, on n’y restait pas très longtemps. C’était juste le temps de souhaiter la bienvenue par une étonnante politesse qui vous surprend par l’élégance des gestes.
L’élégance, c’était surtout à travers les haies très bien élaguées de son jardin, les arbres très bien taillés de son verger et surtout, dans les gestes augustes de vous offrir un fruit délicieux de sa plantation avec le charme de vous parler de sa passion pour l’horticulture et de vous éblouir avec les merveilles de la floriculture.
L’élégance des mots, des gestes, des idées, du regard et des actes, c’est Kemal.

Dini Nassur

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*