Hôtellerie & restauration: La soirée du 31 décembre marquée par un lot de déception 

Un manque criant de professionnalisme dans le pays ! La soirée d’hier (31 décembre) a encore une fois été marquée par un lot de déception. Elle a servit de déclic pour lever le voile et relancer le débat de ce manque de professionnels, de main d’œuvre qualifiée dans les métiers de hôtellerie et de la restauration dans notre pays, ce pays qui aspire à l’émergence. 
Si j’en crois aux commentaires et discussions inbox de ces amis qui ont fait le déplacement hier soir dans plusieurs hôtels et restaurants de la place dans le but de passer un réveillon de rêve, beaucoup se plaignent de la qualité des prestations.
  

Ben Abdallah alias Abu Malha
Ben Abdallah alias Abu Malha

Trop de déception, voir même de la colère chez certains. Dans un pays pauvre (oh pardon, j’allais dire émergent) comme le notre, lorsque un couple débloque entre 25.000 à 50.000 FC pour une soirée, il espère un minimum de jouissance. Mais pour la soirée d’hier, les gens se plaignent de la médiocrité su service à tous les niveaux. On parle de trop d’improvisation. Beaucoup de failles dans l’organisation, l’aménagement de l’espace, l’accueil et l’installation des convives et en plus de cela, de la mal bouffe. Rowa henda houla rowa henda hounou heni wandrou ngwa tsingo hamba zipviri nayi. Je ne citerai pas les hôtels et restaurants en question. J’ai pas envie de niquer leur business. Je reconnais l’effort de ces honnêtes gens qui essaient de construire quelque chose dans ce secteur. Il est à la fois complexe et prometteur. 

Cha naribaye yemi lango rizambe. On se plaint de la qualité du service cha yeka wendo embaucher wadjeni (les malgaches et les swahili) pour répondre au mieux nos attentes, on allait crier aussi au scandale. 

Alors, ye shawiri hindri ??? 
That’s the question.
Ben Abdallah alias Abu Malha

Titre: Comores-Info

3 commentaires sur Hôtellerie & restauration: La soirée du 31 décembre marquée par un lot de déception 

  1. Si c’est gens là voulais de la qualité ils seraient venu a Le kalyptus. Je met au défi n’importe qui de venir dans mon Restaurant et de me dire que c’est ressemblant à ceux qu’on peux trouver chez mes conçurents. Bref y as la qualité mais faut la vouloir. #lekalyptusrestaurant

  2. C’est l’un des secteurs où le doit mettre son poifs pour former des professionnels compétents. Pourquoi pas faire une reconversion dans ce domaine pour les jeunes qui sortent de l’université sans aucune promesse d’embauche.

Répondre à MAHAMOUD Ismaël Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*