Hygiène environnementale et alimentaire aux Comores, un fléau alarmant

Les conditions d’hygiène que connaît Moroni doivent êtres traitées de façon industrielle et non artisanale, comme c’est le cas jusqu’alors , les bennes ne suffisent plus , il faut donc trouver une solution rapide , il faut arrêter  de confondre Moroni Anda et Moroni Capitale. 
Les épidémies récurrentes dans le pays partent d’elle , elles nécessitent des soins  coûteuses , les épidémies , tantôt les yeux , les voies respiratoires, aujourd’hui, HN1 , pas un un jour ne  passe sans tas d’ordures , dégageant d’odeurs de cadavres humains.

Mouches ,poissons , viandes et autres aliments cohabitent quotidiennement dans nos marchés, ainsi va la vie , ça c’est la partie visible, l’invisible c’est sont toutes ces maladies, dont on aurait préféré dépenser à manger plutôt que de passer le temps à nous soigner. 

L’état devrait prendre ses responsabilités pour mettre  fin à cette situation , il en va de notre santé et de l’image du pays à travers la capitale.

Daoud Halifa 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*