En ce moment

Il faut créer un parti républicain démocratique

La donne politique d’après les élections de mars-avril 2019 impose une réévaluation du paysage politique comorien. Difficile de l’analyser dans le cadre de cet article. Tout au plus peut-on le dessiner à grands traits.

A la base, les innombrables partis politiques comoriens. En réalité des regroupements, plus ou moins importants, autour d’un chef, leader à vie. Pas d’éléments consistants d’un programme politique. Tout au plus des slogans, des promesses.

Du coté du pouvoir, les choses sont claires. L’Alliance de la Mouvance Présidentielles (AMP) a fait élire ses champions. Ils sont d’ores et déjà investis. L’AMP s’apprête à constituer un parti unique, le parti du président. Du classique sous nos cieux. M. Azali a donc parfaitement réussi son coup. Dévoyer les assises et s’en servir (la société civile, les anciens, …) pour justifier les coups fourrés qui lui ont permis de s’emparer à vie du pouvoir.

Du coté de l’opposition, le flou persiste. Car si tout le monde s’accorde à dénoncer le « hold-up électoral » du Président Azali, aucune force ne s’impose pour canaliser le mécontentement populaire et le conduire à bon port. L’Union de l’Opposition a éclaté en se présentant en rangs dispersés aux présidentielles. Ses illusions (ils croyaient à un deuxième tour) et ses incohérences (casser les urnes, ….) ont facilité grandement la tâche au candidat Azali. Aujourd’hui, ses candidats se sont regroupés sans parvenir à constituer un véritable pole de regroupement. Pire les dirigeants de l’opposition sont entrain de nuire au réveil de la diaspora en le dénaturant avec leur anti-Azali primaire. Certains ont fui le pays avec le soutien inquiétant de la France et jouent curieusement aux patriotes de la première heure. Ils continuent à croire et à faire croire à une communauté internationale salutaire. Toujours cette absence criante de vision, de projet. Rien à attendre de ce coté là !

Que reste-t-il alors ?

JUWA, le parti du Président Sambi, conserve une certaine force mais la répression l’a dévitalisé. Et puis le Chef étant indisponible, le parti a du mal à exister.

Le FRONT DÉMOCRATIQUE pour sa part a vécu. Il aura été le parti de la fin du XX° siècle. Il n’est plus que l’ombre de lui même.

Le MOUROUA n’a rien prouvé durant plus de dix ans d’existence.

Le HURY, une promesse surgit lors des présidentielles, semble n’avoir pas survécu à la première charge répressive d’envergure.

La diaspora et des secteurs sociaux dans le pays affirment leur attachement à la République et à la démocratie, dénoncent l’illégitimité du pouvoir Azali mais ils ne peuvent pas spontanément offrir des perspectives. D’où la nécessité de créer une nouvelle force ?

C’est le défi historique du moment. Créer un parti s’appuyant sur les principes d’une République Démocratique. Un parti qui n’appartiendra à personne, les mandats de dirigeants devront être limités. Un parti qui intégrera tous les enseignements des luttes de notre peuple ainsi que de ceux des autres. Un parti qui regroupera autour d’un programme politique basé sur les caractéristiques de la période et sur les aspirations profondes du pays et du peuple, programme consacré par un document public. Un parti doté de règlement interne qui seront scrupuleusement respecté. Un parti qui sera capable à chaque moment de formuler les mots d’ordre et les revendications reflétant les aspirations du plus grand nombre.

La tâche est immense mais elle s’impose. Surgit alors la question du comment. Par quel bout engager la construction d’un tel parti ?

Si tous les lecteurs comoriens de ce post et qui sont déterminés à relever ce défi se regroupaient cela serait un bon début. Voilà pourquoi j’invite ceux qui veulent VÉRITABLEMENT se lancer à me contacter directement ou via un message FB pour accomplir le premier pas.

Idriss Mohamed

4 commentaires sur Il faut créer un parti républicain démocratique

  1. lui c’est un faux intellectuel qui ne dit pas son mot…..cher frère Idriss soit clairvoyant, tu n’oses pas t’affirmer à mon avis tu as peur d’aller aux magobanis d’où ta position ni noir ni blanc….Cequ’il faut que tu saches, nous sommes dans une dictature militaire mais tout est caché les comoriens ne le voient pas mais tôt ou tard vous aurez acquis qu’il s’agit d’une dictature militaire et azali l’instigateur…..moi je propose de faire le nécessaire à solliciter une intervention militaire pour tester ces faut miltaires comoriens car ils prendront la fuite

  2. Bien résumé et ce serait un bon début comme vous le dites à toute la jeunesse de saisir l’occasion de changer le destin des choses car personne ne le fera pour elle

  3. Cher Idrisse, la géopolitique est autrement; La MP d Azalistes et l’opposition des Sambistes, qu’est ce qui reste, dès lors que dans toutes les occasions de manoeuvres électorales les deux Idéologues grignotent, convoitent vantent Ali Soilihi. Quoi de plus normal, si cette dernière organisation voit le jour avec un esprit REVOLUTION DES IDEES ET DE ACTES, pouvant regrouper des enfants intègres et innocents, tel est mon combat, je voudrais par ailleurs te tendre la main pour cette voie là. Pour finir j’ai été vice président dElbac, Candidat indépendant d’obédience Soilihiste, au Gouvernorat d’Anjouan. Si ça intéresse quelqu’un: 3418251 ou page Salim Abdou Soilihiste, merci.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*