« Il faut tuer les opposants, car ce sont des terroristes »

Il a osé!

Vendredi 13 juillet, lors de la revue militaire hebdomadaire du commandant régional, le Colonel Anrifi a tenu ce discours inacceptable.
Ailleurs, certains passages sont passibles de la cour martiale.
Oui devant les forces de l’ordre, il a osé accuser le chef de l’Etat, chef des armées de corruption. Mais en plus, il prétend avoir reçu l’ordre d’éliminer les opposants.
« Il faut tuer les opposants, car ce sont des terroristes ».

On comprend mieux les incessants appels à la paix. Après les propos inqualifiables du vice-président Moustadroine, du dircab chargé de la défense Belou et maintenant du Colonel Anrif, il est temps que le président rappelle ses hommes à un peu de retenue et au respect de la loi.

Un Etat de droit ne s’accommode jamais avec de tels propos. Mais hélas, on sait que le colonel ne risque rien, bien au contraire.

Masiwa Komor

Regardez la vidéo :

5 commentaires sur « Il faut tuer les opposants, car ce sont des terroristes »

  1. Malheureusement l’armée comorienne n’a jamais été une armée républicaine. Dans toues les épisodes historiques qu’ont franchies ce pays, notre armée a toujours joué la traitrise. Et c’est une logique si un haut gradé de cette armée agit de telle sorte. Alors qu’une armée a une mission de proteger le peuple et son territoire, la notre a toujours agit au profit d’interet d’une personne soit native de comores et ou soit de l’étranger. Le President de la république actuel illustre parfaitement ce propos. Il incarne la traitrise de cette armée malgré nous. Il vient cette fois ci installer un régime de terreur et ses suites n’ont qu’a suivre la cadence. Mais ils veront dans un avenir proche.

  2. QUELS CONS CES POLITICIENS COMORIENS, ALORS QUE DES PAYS MEME PLUS PROCHES DE NOUS SE SOUCIENT DE LEURS DEVELOPPEMENTS, VOILA QU’UN PAUVRE PETIT PAYS LES GENS PASSENT LEURS TEMPS A SE CHAMAILLER, A SE HAIR, POUR PROFITER DU POUVOIR, SANS FOI NI LOI, ni RETENUE, NI SOUCI D’UN DIEU, D’UNE RELIGION, COMME DE VRAIS ATHES, DANS UNE PAUVRETE SANS NOMS, QUI JETTENT DES JEUNES DANS LE CIMETTERE MEDITERRANEEN OU EXPOSENT TOUS LES JOURS DES JEUNES FILLES VOIRE DES MAMANS A FAIRE LE SOUSSOU (µ0 Moroni, à Mutsa comme ailleurs), POUR AVOIR QUELQUES PIECES. Détruire la richesse et l’unité d’un pays à cause d’argent et de pouvoir. Quel désastre humain !

  3. si Azali ne dit rien c’est parce qu’ il est donneur d’ordre et je vois mal de tels propos passé dans un pays autre que les comores.
    nous appelons à une vigilance totale en vers ces gens là puisqu’une ligne rouge est franchie « ordre de tuer de la part du président… »
    il faudrait saisir la cour penale internationale et cette fois-ci ça ne va pas passé comme d’habitude …

  4. « Yoyi coloneli wapi dzima na sanvou la ndjeni ».
    Ce colonel est un vrai guignol.
    En effet, il lui suffit d’attendre une mouche pétée pour courir se cacher sous le lit de sa maman.

Répondre à cmsre mouhtar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*