Il survit à un harpon dans le crâne

Un adolescent de 16 ans a survécu après avoir été transpercé par un harpon lors d’un accident de pêche à Miami en Floride.

Grâce à une perceuse et de fortes pinces, les chirurgiens du Jackson Memorial Hospital de Miami ont réussi à sauver la vie de Yasser Lopez, un adolescent de 16 ans. Le jeune homme a eu la tête transpercée par un harpon de 90 cm de long lors d’une sortie de pêche sous-marine. Son ami de 15 ans a tiré par erreur en rechargeant son fusil harpon Cressi Sub SL, et la flèche est entrée dans la tête par le front, 5 cm au dessus de son œil droit.

Le jeune homme était encore conscient quand les secouristes l’ont amené aux urgences de l’hôpital de l’université de Miami, mais ils ont dû le mettre sous sédatifs quand il a commencé à s’agiter et à montrer des signes d’inquiétude en arrivant au bloc opératoire.

Les zones vitales épargnées

La difficulté fut de sortir la flèche du crâne sans que les barbelures du harpon ne se déploient et n’abîment encore plus le cerveau. Par chance, l’accident n’avait provoqué aucune hémorragie importante. La solution fut donnée par la famille, qui précisa aux médecins que la pointe en inox du harpon pouvait se dévisser. Ce qui pu être fait en élargissant à la perceuse les trous d’entrée et de sortie du projectile.

Deux semaines après l’opération, Yasser Lopez récupère étonnamment bien. L’accident n’a endommagé aucune zone vitale dans le côté droit de son cerveau, et les dégâts ont été limités par le fait que l’épaisseur du crâne a dû grandement ralentir la vitesse du projectile avant qu’il ne rentre dans le cerveau. L’adolescent a tout de même beaucoup de mal à contrôler les mouvements du côté gauche de son organisme, mais il est capable de marcher. Il est aussi capable de faire de courtes phrases.

Sa rééducation à l’hôpital va encore prendre deux à trois mois, et ses médecins espèrent que grâce à son jeune âge, il va pouvoir faire une récupération presque complète.

Par figaro icon Cyrille Vanlerberghe Source : Lefigaro

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*