Ils en ont rêvé et la Cour Constitutionnelle l’a fait

wpid-screenshot_2015-12-26-08-09-15-1.png

En évoquant dans son arrêt de ce 25 decembre 2015, la notion de «  ressortissant d’une ile », la Cour Constitutionnelle vient de valider la notion de « citoyenneté insulaire ». Le mot ressortissant se définit comme étant « une Personne originaire d’un pays étranger et qui dépend de la législation de ce pays » .   Le mot ressortissant évoque ainsi un «  pays » et depuis ce 25 décembre, «  Les Comores » comportent non pas des iles, mais des «  pays », les iles qui ont leurs propres ressortissants qui ne peuvent se présenter qu’a la primaire de l’élection présidentielle de leur ile d’origine.

image

Le 10 octobre dernier, nous avions supplié dans ce blog, l’ancien Président de l’Union des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, de ne pas déposer sa candidature pour le prochain scrutin présidentiel «  pour éviter la création d’une jurisprudence dangereuse portant sur la citoyenneté insulaire ». Nous écrivons que notre Cour constitutionnelle, très politisée ne lisait presque plus le droit.  Elle est devenue une chambre d’enregistrement de l’exécutif. Elle se contredit tout le temps et se pliera face sans nul doute à la volonté du gouvernement d’écarter la candidature de l’ancien chef de l’état. Malheureusement fort de son ego surdimensionné, l’ancien Président Sambi s’est entêté et il a déposé sa candidature qui vient d’être rejetée.  Il a rendu un très mauvais service au pays et aux générations futures.

40 ans après notre accession inachevée a l’indépendance, favorisée par le décompte  des résultats fait «  ile par ile » par l’ancienne puissance colonisatrice, la Cout constitutionnelle vient de valider une «  citoyenneté insulaire » proposée en 1999 pour la première fois par un parti politique le PRC, pour conditionner l’éligibilité et la possibilité de participer au scrutin, (voir art 29 du projet de constitution du PRC).

Ceux qui ont toujours nié l’existence d’une nation comorienne et ont toujours rêvé de la fin d’un pays qui s’appelle  «  Comores » viennent de remporter une éclatante victoire et savourent leur victoire. Nous autres «  soi-disant » juristes, nous nous soumettons à cette décision qui entre dans les annales de l’histoire du droit aux Comores tant par sa forme que par son fond.

Comoresdroit

2 commentaires sur Ils en ont rêvé et la Cour Constitutionnelle l’a fait

  1. seules les assises nationales permettront à chacun de libérer sa parole. rejoignez tous le mouvement du 11 août 2015 et ensemble nous réconcilierons entre nous et avec notre histoire.
    le temps est venu des se sentir comorien ,d’agir en vrai comorien et non en insulaire, de respecter le bien de tous

    • ça c’est vrai mais je crois que c’est trop tard ,comme d’abitude vous laissez le navire coulez après vous cherchez comment le sauver je m’éscuse mais c’est se qui s’est passé en 2010 pour SAMBI vous lui avez laissé signer aprés vous lui dit pourquoi vous avez signé ?

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*