« Ils l’ont abattu froidement et après cette exécution, les malfaiteurs ont vidé les lieux »

wpid-screenshot_2016-04-22-17-08-18-1.png

On parlait de la bande des sept ces derniers temps. On ne sait pas si elle a encore frappé dans ce quartier de la capitale.

Il était minuit et 47 minutes exactement à Ambohimirary la nuit de mercredi, les riverains ont entendu des coups de feu. Venus aux nouvelles, les habitants de la localité ont fait un constat. Un étudiant comorien a été abattu par des bandits armés de deux balles au niveau de la tête, selon les informations données par ses compatriotes. Hier matin, l’ambassadeur des Comores SEM. Caabi E. Mohamed était à l’hôpital de Soavinandriana où le corps de la victime a été transporté.

image

Ce drame survenait exactement à quelques jours du départ de ce jeune de 32 ans pour rejoindre son pays. Les informations indiquent que la victime venait de décrocher un diplôme de Master II à l’université. Il avait déjà réservé sa place pour un retour dans son pays , un billet d’avion sans problème. La nuit de mercredi, vers l’heure indiquée plus haut, il avait entendu des bruits bizarres dans la cour de sa maison de location. Sans se douter de rien, il a ouvert une fenêtre pour voir ce qui se passait dehors. Et c’est à cet instant que la bande de malfaiteurs, au nombre de sept, qui venaient de cambrioler dans le voisinage s’est  aperçue de sa présence et a compris qu’il  était un témoin oculaire. Selon toujours les mêmes informations, deux des bandits se sont introduits chez le Comorien. Et sans aucune forme de procès, ils l’ont  abattu froidement. Après cette exécution, les malfaiteurs  ont vidé les lieux. Un attroupement s’est très vite formé devant  le domicile du jeune homme. Des commentaires fusaient de partout. Un homme qui se trouvait dans la foule a été pris à partie par les personnes présentes. Quelques individus avançaient qu’il faisait partie des cambrioleurs. Heureusement pour lui, personne n’a porté la main sur lui.

r.s. / Midi-Madagascar

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*