Inauguration à Ntsaoueni d’une usine de transformation du manioc

wpid-screenshot_2016-03-18-18-49-40-1.png

C’est à Ntsaoueni que a eu lieu ce jeudi 17 mars l’inauguration d’une usine de transformation du manioc. Selon les services de l’ambassade de France aux Comores, l’objectif de cette usine est de valoriser les produits locaux et améliorer la sécurité alimentaire des habitants de la région dans un premier temps.

image

L’usine de transformation du manioc a été financée par le Programme Franco-Comorien de Codéveloppement (PFCC), vise à doter la population de la région de Mboudé des aliments susceptibles de leur assurer une sécurité alimentaire. L’objectif était également de créer des emplois pour les femmes et pour les jeunes qui seront recrutés pour vendre les produits de l’usine.

image

Toujours selon l’Ambassade de France,le projet consiste en l’installation de l’unité semi-industrielle de transformation des tubercules de manioc en farine fermentée « gari » et en amidon ou « tapioca ». La farine et le « gari » seront emballés dans des sacs plastiques de 25 kg pour la vente en gros. La capacité maximale de production sera au départ de 500 kg de farine, de 1 000 kg de « gari » et 100 kg d’amidon par jour. Le principal marché visé est celui de la région de Mboudé dans un premier temps et ensuite celui de l’île de Ngazidja.

Il faut souligner que l’usine peut créer plusieurs emplois directement mais aussi indirectement grâce à la chaîne de distribution. C’est une bonne nouvelle pour notre pays qui a plusieurs chômeurs sans la moindre qualification.

2 commentaires sur Inauguration à Ntsaoueni d’une usine de transformation du manioc

  1. Très bonne nouvelle pour la région de Mboundé et pour les Comores de manière générale. Si le gari et le tapioca n’entrent pas dans les habitudes alimentaires des comoriens, c’est parce qu’on les ignorait du fait qu’ils étaient absents dans le marché alimentaire comorien. Au temps d’Ali Soilihi, le Comorien consommait beaucoup du maïs avec du lait à la place du riz, la culture de consommation massive de riz allait changer et si l’on a fait retour à la case de départ c’est à cause du manque de telles initiatives. Par contre, il faudrait que le prix du produit corrèle avec les conditions de vie des Comoriens sinon, je comprendrais que le projet a été élaboré pour un contre-sens. Encore une fois, merci de cette bonne initiative et faites en sorte que le produit soit fiable et facilement accessible pour un véritable engouement de consommation aux Comores.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*