Inauguration du Bloc des brûlés au Caritas Comores : « La médecine n’a ni de religion ni de parti politique »

caritas_centre_brulesLe vice-président en charge de la Santé et le gouverneur du district 9220 de Rotary ont procédé, le mardi 24 février, à l’inauguration officielle du Bloc des brûlés au centre de santé Caritas, sis à Mbuweni à Moroni. A cette occasion, Fouad Mohadji a déclaré que la santé «n’a pas de frontière». «La médecine n’a pas de religion ni de parti politique»’, a-t-il insisté.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

S’agissant de la construction de ce bloc, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération entre la France et les Comores, à travers l’Agence française de développement (Afd), la coopération régionale et Rotary international, le vice-président a félicité tous ces partenaires pour leur accompagnement dans la lutte contre les maladies et pour des soins de santé de qualité.

Selon lui, «la mise en place de cette unité de prise en charge de grands brûlés au centre Caritas de Moroni vient mettre fin à cette déplorable situation de transfert de malades à Mayotte ou à la Réunion».

A son tour, le gouverneur du Rotary a affirmé que la construction de ce bloc était «une réponse aux souffrances et aux difficultés rencontrées par une partie de la population victime de brûlures». Il a rappelé qu’il s’agissait de la première structure de ce genre aux Comores. Pour Alen Torsy, «cette unité permet désormais la prise en charge des cas de brûlures modérés ou graves qui ne pouvaient jusqu’ici être pris en charge qu’en dehors du pays».

Le centre de santé Caritas reçoit en moyenne 30 brûlés par mois. Avant la fin de la cérémonie, Sœur Colette a remercié le gouvernement comorien pour avoir permis au Caritas de mener ses activités et le Rotary pour son accompagnement permanent. Elle a évoqué une enveloppe de 23,261 millions de francs comoriens destinée à l’agrandissement du centre de santé. «Caritas ne peut que compter sur l’appui des partenaires», a-t-elle conclu son intervention.

Nassila Ben Ali / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*