Int’Air Îles s’en va finalement à Dzaoudzi sans Pierrefonds…

Image : Int'Air Îles
Image : Int’Air Îles

Le Boeing A320 d’Int’Air îles effectue son premier vol commercial ce jour vers Mayotte. Quant à la liaison Moroni-Pierrefond à La Réunion il faudra peut être l’oublier…

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

« A partir de ce mardi 10 janvier, la compagnie aérienne Int’Air Îles peut faire des vols commerciaux entre Mayotte et Moroni avec son Airbus A320. C’est ce qu’a annoncé aujourd’hui le Ministère Comorien des transports. En revanche Int’Air Îles n’a pas obtenu l’autorisation de faire atterrir son A320 à l’aéroport de Pierrefonds à Saint Pierre de la Réunion. Cependant, si elle le souhaite, la France autorisera la compagnie Comorienne à desservir l’aéroport de Roland Garros à Saint Denis de la Réunion.» Pouvait-on lire sur le mur Facebook de Mountaka Ahmed, le directeur commercial d’Int’Air Îles.

Le vol devrait décoller à 15h00 de l’Aéroport Prince Saïd Ibrahim de Moroni avec 70 passagers à bord pour Dzaoudzi.

La solution trouvée entre le gouvernement comorien et la France sur le cas d’Int’Air îles aurait toutefois écarté les touchés de l’aéroport de Pierrefonds, comme prévu dans la programmation de vol d’Int’Air Îles. Si Int’Air îles avec son offre presque low-cost à destination de Pierrefonds et de Pierrefonds vers Maurice se croyait tailler la part du lion, dans une zone infestée de concurrents sans pitiés et protégés par l’état français et… comorien.

En arborant des défaillances techniques à Pierrefonds ne pouvant garantir la sécurité des touchés, c’est tout simplement jeter Int’Air Îles dans la gueule de son concurrent direct, Air Austral et Filiale à Roland Garros.  Là où la concurrence règne en maître avec des taxes impossibles pour Int’Air îles de survivre longtemps ou à proposer des tarifs compétitifs. Dans la batterie d’arguments avancés par la partie française, il n’y aurait pas assez de flics et des douaniers à La Réunion pour assurer le control et la sécurité des vols Int’Air Îles à Pierrefonds.

La vague de sympathie manifestée par la majorité des Comoriens, jusqu’aux hautes autorités du pays n’ont pas suffi à fléchir les velléités protectionnistes des autorités françaises. Cette fois avec la complicité du gouvernement comorien qui a accepté de se faire évaluer courant de ce mois avant l’autorisation d’une compagnie comorienne à ne desservir qu’un seul aéroport réunionnais, celui de Saint-Denis, Roland Garros. Et dire qu’il s’agit d’une victoire et pour le gouvernement comorien, et pour Int’Air Îles…

Face à cette nouvelle donne, Int’Air Îles n’a qu’à revoir ses ambitions et son appétit. Comme on le murmure déjà dans les coulisses de la compagnie comorienne, « il faudra bien un temps de réflexion, si ça vaut le coup de s’envoyer à la casse de son propre chef. » nous confiait ce matin une source crédible de Int’Air Îles.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*