Interdiction de manifester : Mohamed Daoudou dit s’en tenir à la note d’un ministre

Le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, a rencontré la presse samedi dernier dans son bureau pour faire un tour d’horizon sur quatre points saillants. Il s’agit de l’affrontement de Bahani, la réunion de l’opposition, la marche pacifique des enseignants et la suite du démantèlement du réseau de passeurs congolais, burundais et mahorais, qui font entrer des africains dans l’île de Mayotte à partir de Ndzuani.

A la sortie d’une réunion qui s’est déroulée le samedi entre le ministre de l’Intérieur, les élus et notables de la région d’Itsandra, le ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou, a avant tout regretté que les gens négligent l’intérêt général au profit des troubles au sein de la société.
“Après une réunion entre le ministère de l’Intérieur et les élus de ladite région, les discussions avançaient dans la bonne voie. Et des gens se sont permis de barrer la circulation. Ce qui est une infraction. Les éléments de l’armée ont voulu libérer la circulation. Et des citoyens ont lancé des pierres”, a-t-il expliqué. Il a rassuré que personne n’a interdit le passage des camions poubelles, mais certaines personnes veulent se servir des ordures à des fins politiques.
“Les auteurs vont impérativement répondre de leurs actes. Les gens dépassent les limites. Des jets de pierres ! Une rencontre est prévue le mardi pour étudier la question des ordures”, a-t-il fait savoir.
Au sujet de la réunion des partis politiques de l’opposition, le ministre de l’Intérieur a évoqué une note interdisant les rassemblements à caractère politique signée par un précédent ministre de l’Intérieur.
Selon lui, non seulement les partis de l’opposition n’ont pas demandé l’autorisation de manifester, mais tout le monde doit respecter ladite note.
“Nous ne faisons que respecter la note d’un ministre. L’armée leur a rappelé de l’absence d’autorisation. Personne n’est agressée. La sécurité et la propreté de notre pays est une priorité. Tous les Comoriens se préparent à accueillir chaleureusement les délégations étrangères”, a-t-il souligné.
Pour la marche pacifique des enseignants, le ministre de l’Intérieur a rappelé que des discussions ont eu lieu entre des ministères et qu’une solution a été trouvée.
A l’entendre, il a été question de la faire passer en conseil des ministres pour une note en conseil.
“Pourquoi certains veulent compliquer la situation ? Les marches sont pacifiques au début, mais personne ne maitrise la suite”, a-t-il lancé.
Pour le démantèlement du réseau de passeurs congolais, burundais et mahorais, qui font entrer des africains dans l’île de Mayotte à partir de Ndzuani, Mohamed Daoudou a annoncé leurs rapatriements après des échanges entre les gouvernements concernés.
“Ils ont été entendus et renvoyés dans leurs pays respectifs. A l’exception deux personnes qui sont actuellement malades”, a-t-il conclu.

Nazir Nazi/ Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*