Intervention française au Mali : union sacrée autour de la décision du président Hollande

François Hollande à l'Elysée, le 11 janvier.

Après la confirmation, par le président Hollande, de l’intervention militaire française au Mali, les réactions ne se sont pas fait attendre, aussi bien à l’étranger que parmi les différentes familles politiques françaises.

Le ministre britannique des affaires étrangères, William Hague, a tout de suite écrit, sur son compte Twitter, que le Royaume-Uni « soutient la décision française d’apporter une assistance au gouvernement malien face aux rebelles ».

Mais il s’agit « seulement d’un soutien politique« , a cependant indiqué une source gouvernementale britannique. Il n’y a « pas de soutien militaire, ni de demande de soutien militaire, ni de projet d’appui militaire, ni d’appui matériel de la part du Royaume-Uni », a-t-elle précisé.

« DÉCISION COURAGEUSE » POUR LE PS

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a salué vendredi une « décision courageuse dans le respect de la légalité internationale et de l’Organisation des Nations unies ». Adressant ses « pensées […] à nos ressortissants au Mali, dont la sécurité sera assurée », il exprime sa « solidarité avec le peuple malien et [son] soutien le plus complet à nos forces armées ».

Par ailleurs, la majorité soutient « pleinement » la décision de François Hollande d’engager les forces françaises pour aider le Mali à repousser l’offensive des islamistes du nord du pays, a dit sur BFMTV Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée.

Sur ITélé, Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS à l’international, a affirmé : « Nous ne sommes pas piégés, nous prenons nos responsabilités de lutter aussi contre le terrorisme. Si le pays tombe aux mains de ces terroristes, c’est l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest qui peut s’embraser. Il y a toujours des risques mais les risques sont plus grands si le pays basculait aux mains des terroristes car ils auraient une base pour des actions beaucoup plus grandes. Il y a 3 500 ressortissants français que l’on ne peut pas laisser dans la situation difficile dans laquelle ils allaient être. »

« IL ÉTAIT GRAND TEMPS D’AGIR » POUR L’UMP

Le président de l’UMP, Jean-François Copé, et l’ancien premier ministre François Fillon ont eux aussi apporté vendredi, chacun de leur côté, leur « soutien » à l’intervention de l’armée française au Mali décidée par François Hollande. « Il était grand temps d’agir » pour « entraver l’établissement d’un Etat narcoterroriste », a déclaré Jean-François Copé dans un communiqué, tandis que, pour François Fillon, « la lutte contre le terrorisme exige l’unité de la Nation au-delà des clivages partisans ».

Le président de l’UDI, Jean-Louis Borloo, a salué dans un communiqué « l’esprit de responsabilité du président de la République et du premier ministre dans cette situation d’extrême urgence et de danger pour la population malienne et pour les ressortissants français ». « La décision d’engager les troupes françaises est un acte grave qui nécessite un débat », a-t-il estimé, jugeant que « même si l’unité nationale ne se décrète pas, le rassemblement des forces politiques qui concourent à la démocratie est nécessaire dans ces moments-là ».

L’ancien ministre de la défense et membre de l’UDI Hervé Morin a lui déclaré sur ITélé : « Sous réserve d’éléments particuliers, cette intervention me semble la bienvenue. Il y a un élément essentiel, c’est que l’intervention se fasse à la demande des autorités politiques maliennes. Il semble très clair que cette intervention est pour lutter contre le terrorisme, qu’elle se fera dans un cadre international et qu’elle sera sur une durée limitée, je dis oui mais je veux en savoir plus avant de dire oui définitivement. La France ne doit pas se comporter comme une puissance coloniale intervenant comme au temps de la Françafrique mais il s’agit de toute évidence d’une intervention dans le cadre de la lutte contre Al-Qaida. »

De son côté, le président du MoDem, François Bayrou, a estimé vendredi soir que l’intervention militaire française au Mali était « fondée et explicable par l’urgence » car « la progression des djihadistes en direction du sud du pays, le franchissement imminent de la ligne de sécurité, la prise de villes sur leur passage est un élément de déstabilisation gravissime pour le Mali, pour ses autorités et pour ses habitants ». Et « il est légitime que la communauté nationale et la plupart des courants d’opinion qui la composent fassent bloc devant une situation dont chacun mesure l’importance et la gravité ».

UNE INTERVENTION « LÉGITIME » MAIS « PARADOXALE » POUR LE FN

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a jugé vendredi « légitime » l’engagement de l’armée française au Mali. Cette dernière « doit être soutenue dans la mesure où notre pays a été appelé à l’aide par le gouvernement légitime du Mali en application d’une coopération de défense entre nos deux pays, dans une zone francophone », a estimé Mme Le Pen dans un communiqué.

« Cette intervention légitime révèle cependant un cruel paradoxe quand on sait que les gouvernements français ont contribué à faire le lit des islamistes en Libye et en Syrie en apportant aide, assistance et armes aux fondamentalistes de ces pays, utilisés aujourd’hui pour attaquer un allié historique de la France », a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*