Interview M NABAHANE ABDOU EL-WARETH

12007202_609606675849051_1181265798_n Né en 1969 à la Mté de Moroni, jeune de la diaspora, diplômé à l’Institut Supérieur des langues étrangères de Tunis. Il assure l’intérim de son collègue M .Mohamed Ibrahim coordinateur du comité de soutien de la candidature du général Salimou Mohamed Amir à Marseille. Ce jeune homme a un autre casquette, il est le chargé de communication de ce mouvement. Bonjour, tout d’abord je tiens à vous remercier d’avoir accepté notre invitation. 1-Pourquoi vous avez choisi de te rallier dans le camp du General Salimou? Abdou.Nabahan: -Bonjour, je commencerai d’abord par citer un des grands défenseurs des opprimés de ce siècle en la personne de Franz Fanon qui dans son œuvre Peau noire masque blanc déclare: « chaque génération a par une opacité relative sa propre mission, elle n’a qu’à la remplir ou la trahir ». Mon soutien au Général Salimou pour les présidentielles de 2016 « si élections aura lieu  » répond à la vision de Franz Fanon. Salimou Mohamed Amiri a le profil et les compétences pour remplir la mission de l’Etat. Une mission sommes nous tous d’accord complexe et difficile dans le contexte actuel notamment maintenir la cohésion nationale, la stabilité et faire entendre la voix des Comores dans la région et partout ailleurs. 2-Pouvez-vous nous confirmer la candidature du général Salimou Mohamd Amir aux élections présidentielles de 2016? A.N: effectivement, Salimou Mohamed Amiri sera candidat à la candidature, une fois le collège électoral convoqué par le Président de la République, il déposera sa candidature avec ses vices- présidents comme le stipule la loi fondamentale. 3-Ne craignez-vous pas de diviser la région de Hambu, voir même de perdre la batail vu que cette région compte plus de 3 candidats aux présidentielles? A.N: Salimou est candidat au destin de la nation et cela importe peu la région où il est d’origine. Il compte non seulement répondre aux multiples sollicitations de la population sans décevoir ses soutiens, ni mentir au peuple et non plus vendre des rêves pour satisfaire son ego, sa région ou sa ville. D’ailleurs sa candidature s’impose face aux multiples coups de trahisons, de déceptions et de promesses non tenues par nos politiciens toutes couleurs confondues. Autant dire qu’il n’est pas candidat d’une région donnée. 4-Quels seront les thèmes de campagne du générale Salimou en 2016? A.N : Notre campagne a pour titre « Ensemble pour le Redressement National » Nous allons vous parler d’une nouvelle politique économique par la mise en place d’un fonds souverain, gage de la relance de l’emploi, de la production, et l’entreprenariat. D’autres thèmes de sociétés sont au programme : la révision de la carte sanitaire, l’éducation, et bien d’autres. Des thèmes récurrents et préférentiels sont à l’ordre du jour tel, la lutte contre le séparatisme, le terrorisme et l’intégrité territorial. Des thèmes aussi cher à notre candidat et qui revient de droit à celui qui a conduit avec succès l’opération « Démocratie aux Comores » un certain 25 mars 2008. 5-Quelles seront les priorités de Salimou une fois élu président de la République? A.N: Il faut comprendre que le pays est au bord de toutes les crises et pour que notre pays soit sauvé, il y a l’impératif de dialogue afin d’instaurer la confiance entre d’une part les autorités, et de l’autre les travailleurs, la société civile et surtout les scolaires qui constituent la moitié de la population comorienne. Donc, il s’agit d’une décision solennelle qui sera prise par le Président le jour de son investiture le 26 Mai 2016. Une sorte d’appel qui va dans le sens d’instaurer la confiance, la concorde dans l’action de l’Etat et la cohésion nationale. Il s’agit en effet d’un vaste chantier. 6-le bilan de Dr Ikililou Dhoinie Président de la République, est-il positif ou négatif? Expliquer vous? Le pays est en plein décomposition depuis la crise séparatiste, il se recherche, le constat est clair et le citoyen est laissé pour compte: corruption, laxisme …depuis l’instauration de la tournante d’autres soucis surgissent tantôt par la volonté de l’autorité Etatique ou des îles et on les camouffles au nom de la continuité de l’Etat. Le DR IKIlIlOU est comptable sur le régime de son prédécesseur comme de son propre régime avec son gouvernement. Tirez vous-mêmes les conclusions 7-Quel est votre point de vu par rapport à la candidature d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi? A.N: Ecoutez, Sambi est déterminé de se porter candidat. Il revient de droit à la Cour Constitutionnelle, à la CENI et ses démembrements de trancher. Toute fois, on peut regretter que c’est l’autorité de l’Etat qui nomme et désigne les membres de la Cour, de la CENI et ses démembrements. Et Sambi est conscient de cela pour avoir présidé le pays et révisé la loi fondamentale à sa convenance. Il revient à Sambi de s’interroger avant d’agir au risque d’installer d’autres crises. A mon sens, il y a le droit d’usage qui prime pour préserver la paix et la stabilité en cas de force majeur. 8-Est ce que le gouvernement a la légitimité de stopper un citoyen comorien de déposer sa candidature ou bien c’est un pouvoir de la cour constitutionnelle? A.N : En vous parlant de droit d’usage par rapport à la présidence tournante, je veux être explicite qu’en 2016 l’autorité supérieur de l’Etat revient de droit à un comorien d’origine de Ngazidja de sorte qu’en cas d’empêchement dans le délai imparti de 90 jours, son vice-président de même île allait assumer l’intérim. Quant au gouvernement, il n’a pas la légitimité d’apprécier les candidatures. Et si c’est le cas, c’est un abus de confiance et de pouvoir. Toute fois, il a le droit de préserver la paix et la stabilité à ce que je sache……. 9-Salimou est-il dans le camp de l’opposition ou la majorité? A.N: La candidature de Salimou Mohamed Amiri est en quelque sorte une réponse à la situation du pays, d’où l’impérieuse nécessité d’unir toutes les forces vives de la nation que ce soient de l’opposition ou de la majorité. Il est tout simplement la voie alternative et inter- génération. Sa posture d’homme d’Etat lui place au déçu des mêlés politico-politicienne. 10-Quel sont les différents moyens de financer votre campagne? A.N: Comme la candidature de Salimou vient à travers des sollicitations et par le contexte sociopolitique du pays, les moyens pour le financement de la campagne sont collectés par ses soutiens de la diaspora et du pays surtout. Ces dernier ce manifestent dans les villages où le candidat est invité. Ils s’organisent en coordination et d’une manière autonome. Vous n’êtes pas sans savoir que depuis plus de cinq ans Salimou Mohamed Amiri est privé de ses droits : ni salaires, ni retraite, une situation inédite et jamais vu nul part ailleurs. En dépit de cette injustice, ses soutiens sont là pour le pousser devant le destin. 11-Avez vous faire des alliances avec d’autre leaders ou partis politique? A.N : Salimou est un produit made in-Comoros, il n est pas issu d’aucun parti politique et non plus d’une organisation de la société civile. Il se définit lui même à travers son parcours : la patrie. Et dans ce sens, il n exclut personne pour nouer le dialogue afin de composer ensemble une action commune pour l’intérêt général de la nation. Des formations politiques de non moindre comme des personnalités politiques et de la société civile dialoguent avec lui au fur et à mesure qu’on se rapproche des échéances. Je vous remercie

Propos recueillis par Mohamed Abdou hassani.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*