« Ismael a ordonné qu’on nous mette dans une cellule, toujours à poil »

wpid-fb_img_1457605542158.jpg

Victime du 5 mars.  Témoignages de Tocha Djohar:

On nous a arrêté place de l’indépendance ce samedi. C’est Abdillah Maturafi qui a ordonné mon arrestation. Un certain Izrail m’a attaqué par le cou. Ils nous ont traîné par le sol. Ils nous ont humilié. Ils nous ont jeté comme des fagots dans leur camion.

image

Arrivé au camp de Mdé,  le capitaine Ismael Bacar a ordonné qu’on nous déshabille. J’ai essayé de lui expliquer mais il s’est mis à dire que moi en tant que membre influent du Pec,  je suis fou d’avoir porté mon nez sur Juwa. Puis je me suis déshabillé moi même sans insister. Et mes autres compagnons ont fait de même.

Nos effets personnels sont mis dans des sacs en plastique. Ismael a ordonné qu’on nous mette dans une cellule,  toujours à poil.

« On nous a frappés et humiliés au camp militaire de Mdé » a-t-il déclaré devant la presse et ses avocats. Il a dénoncé aussi le manque de responsabilité des officiers présents ce jour-là !

Toufely Maecha

2 commentaires sur « Ismael a ordonné qu’on nous mette dans une cellule, toujours à poil »

  1. maintenus en détention dans des conditions déplorables simplement pour avoir exercé le droit de manifester pacifiquement.

    Nous demandons au Ministre Msaidié et ses geôliers réputez dans tous les problèmes de ce pays, qu’ils ont franchi un cap de non retour, car ceux qui protestent demandent que les choses changent, mais leur droits de manifester pacifiquement n’est pas respecté.

    nous soulignons dans le même temps l’importance de garantir le droit des personnes de manifester pacifiquement: c’est un droit fondamentale y compris la liberté d’expression, la liberté d’association et la liberté de réunion pacifique.

    Cependant, vous et votre gouvernement avez choisi la violence, vous oubliez que dans ce pays tout le monde se connait d’où l’intérêt à ne pas alimenter la violence urbaine entre famille de militaire et les victimes.
    Mis en garde totale contre une guerre civile et si malheureusement ça arrive, vous répondrez de vos crimes.

    Vive la liberté dans ce pays

  2. On ne traite pas un humain d’une humiliante maniére quelque soit son tort. IL est clair que les iles-Comores sont dirigées par des voyoux, des indisciplinés sans aucun savoir-faire, en un mot des sauvages.
    Tocha, tu ne seras jamais seul, le peuple Comorien te soutiendras et t’amenerasencore plus haut. Mamadou le pedophile, Msaidié le pilleur mendiant politique, Ikilou l’incompétent macqievélique, vous n’êtes que des imbéciles. Un jour viendra! Vive la democratie! vive les comores!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*