« J’ai compris qu’il y a des gens qui n’aiment pas les assises pour de fausses raisons… »

Conduit par son leader Mzé Soulé Abdoulback, le parti Dudja a été reçu par le Président de la République au Palais présidentiel de Beit Salam ce lundi 23 octobre 2017.
Mr El Back, qui a pris la parole le premier,   a souhaité d’abord remercier le Président de la République pour cette rencontre qu’il juge historique entre les 2 hommes. « Je fais le vœu Mr le Président qu’avec votre leadership et votre engagement notre pays trouve le chemin de la prospérité économique. Je voudrais aussi présenter les excuses de nos collègues d’Anjouan et de Mohéli qui n’ont pas pu être présents à cette rencontre, compte tenu des problèmes de transport. Nous avons désigné un porte-parole de cette délégation  c’est l’ancien député de Moroni et maire du Hamahamet Nyioumadro Mr Maoulid Soilih. Et il est la preuve de cette ambition du Président de la République que vous êtes de lutter contre les communautarisme » a dit Mr El Back.
Ensuite Mr Maoulid Soilih porte-parole de la délégation, ancien député de Moroni et Maire dans le Hamahamet s’est exprimé pour saluer les efforts du Président de la République de sortir le pays du marasme économique. Il a également félicité le Chef de l’Etat pour ses efforts dans la valorisation de notre principal pétrole à savoir la vanille. Et avant d’affirmer le soutien du Dudja aux assises nationales pour le bilan de nos 42 ans d’indépendance, le porte-parole de la délégation a saisi l’occasion pour saluer le discours du Président de la République à la tribune des Nations Unies lors de la dernière Assemblée Générale à New York. « L’organisation des assises nationales est vitale pour l’avenir de notre pays et le Dudja s’est investi sans aucune réserve pour sa réussite. Il y a un lien directe entre les assises nationales et l’émergence de notre pays et nous en sommes conscients » a dit le Maire Maoulid Soilih.

Pour sa part le Président de la République a commencé son propos en ces termes : «  El Back c’est mon frère et je pèse mes mots. Et il a été pour moi un empêcheur de tourner en rond et aujourd’hui nous nous sommes retrouvés pour l’intérêt supérieur de notre pays. Mais je vous demande, vous ses partisans,  de bien mesurer la dimension de l’homme avec qui vous êtes. Allah lui a donné un don du cœur et de la bonté ».
« A propos des Assises, oui nous sommes d’accord que c’est un rendez-vous essentiel pour le devenir de notre Nation. Mais je suis vraiment outré et profondément peiné de voir que des hommes politiques qui ont représentés notre pays et qui ont donc symbolisés les valeurs républicaines et la Nation aillent signer un document pour défendre une île. Je me demande alors dans ce pays qui va défendre la Nation si tout le monde défend une région ? J’ai compris qu’il y a des gens qui n’aiment pas les assises pour de fausses raisons. Mais le temps est venu dans ce pays, de nous dire la vérité en face et laver notre linge sal en famille. » a dit le Président Azali
« Dans ce rendez-vous républicain, nous devons tous nous mobiliser pour faire la pédagogie nécessaire pour une meilleure appropriation des comoriens » a poursuivi le Chef de l’Etat.
« Il faut que les gens comprennent que la création de l’Université des Comores, le téléphone portable, ou encore l’énergie, nous les faisons avec l’argent des comoriens et donc je ne peux pas me les approprier. Ces réalisations politiques avec l’argent des contribuables doivent rentrer dans nos mœurs et la culture comorienne pour que nous apprenions à payer les impôts et à voir leur destination dans l’intérêt général » a conclu le Président de la République.

Beit Salam 

1 commentaire sur « J’ai compris qu’il y a des gens qui n’aiment pas les assises pour de fausses raisons… »

  1. Les péripatéticiennes ne cessent d’aller séduire le dictateur local azali assoumani.
    Ces hommes politiques défilent au côté de celui ci afin d’espérer une intégration au gouvernement.
    Ces individus éhontés n’ont pas des scrupules et ne pensent pas à l’avenir du pays. Car, faire l’éloge d’un dictateur qui veut mettre le pays à feu et à sang est indigne. D’autant plus que ces hommes politiques savent que le dictateur n’a rien à proposer aux citoyens. Ce même individu à gouverné pendant sept ans sans la moindre avancée. Il est donc temps de cogiter sur la génération future plutôt que d’aller baisser son pantalon auprès d’un cynique. De plus, s’il n’y a pas d’opposition crédible capable de contrer les appétits d’un dictateur, le peuple sera désespéré. Si le pays ne dispose pas d’institutions, ni opposition c’est le pain béni pour le dictateur. D’ailleurs, c’est cela que le Mougabe de Mitsoudje rêve. Il a toujours rêvé de récupérer les grands parleurs tels que Msaidie, Mze soulé Elle black et les autres qui n’ont pas d’idéologie. Ceux qui défilent au côté du dictateur, doivent savoir que ce dernier cherche des soutiens non pas pour le developpement du pays mais pour garder le pouvoir. Mais il vrai que les hommes sont vraiment ingrats, hypocrites et attirés par les besoins du moment et qu’un trompeur arrive toujours à tromper ces derniers. Il faut dire que ce pays se replie sur une pensée unique. Aucune opposition structurée capable d’émettre certains idées d’alternatives. Mais au contraire, elle se met toujours au côté du pouvoir en place. Sachez que celui qui jeûne voit un plat devant lui, mais il préfère garder le calme. Il faut en revanche souligner que bâtir un pays demande une remise en cause de notre propre comportement afin de mieux construire un idéal. Si nous n’avons pas un idéal commun ni un projet de société, nous n’arrivons pas à mettre le pays en mouvement. Et tout cela demande un sacrifice. Par exemple, dans une société où les injustices sont monnaie courante, on ne parlera jamais d’égalité. Car, l’égalité suppose une justice. Sans être ralwsien, nous savons qu’il n’existe pas un voile d’ignorance.
    C’est à dire, on ne peut pas faire en sorte que chacun ne connaisse pas son origine social. Et, la reproduction des élites ne cessent d’augmenter. Ces élites auxquels participent à chaque gouvernement en faisant la manche voire la pute ne pourront jamais songer à abandonner le miel tant que les abeilles ne les ont pas défigurés.

    En définitive, nous avons une opposition lamentable qui n’hésite pas à se prostituer pour survivre.notre pays hélas, est loin de prendre le chemin de l’émergence.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*