En ce moment

« J’ai quitté l’école en 1992 suite au décès de mon père pour rejoindre mon oncle au champ et travailler dans l’agriculture »

La Meck-Moroni est résolument tournée vers le développement du secteur agricole. L’agriculture joue un rôle moteur dans la croissance économique du pays et emploie la majorité de la population active à faible revenu. Ainsi, la MECK-Moroni envisage d’accroître le financement de l’investissement en milieu rural en continuant d’appuyer les coopératives agricoles. Nous sommes donc heureux de vous faire partager notre belle expérience avec Monsieur Hatube Saadi, membre actif de la MECK-Moroni et président de la coopérative agricole « Twamaya Dima » d’Ivembeni.
Pouvez-vous, vous présentez en quelques mots ?
Mon nom est Hatube Saadi et je suis originaire d’Ivembeni. J’ai quitté l’école en 1992 suite au décès de mon père pour rejoindre mon oncle au champ et travailler dans l’agriculture. Je commençais à cultiver la terre avec des produits vivriers notamment la pomme de terre, le taro, le poireau, la banane, le manioc, etc.
En 2002, j’ai décidé de partir en Tanzanie ou j’y suis resté 8 ans. J’y ai appris des nouvelles techniques de culture, j’ai pu travailler et acquérir un terrain pour mes plantations agricoles.

Je suis revenu aux Comores en 2010 pour développer les nouvelles techniques de culture que j’ai apprise en Tanzanie et qui consiste à produire en grande quantité sur un petite espace et avec moins de semence. Je pratique aujourd’hui différentes cultures : riz, maïs, manioc, patate douce, oignon, banane, etc.
En 2016, j’ai jugé nécessaire de créer une coopérative agricole dont je suis président afin de mieux organiser mon travail et pouvoir bénéficier des avantages accordés aux agriculteurs.
Comment est organisée votre coopérative ?
Notre coopérative est dénommée « Twamaya Dima ». Composée d’agriculteurs et de micro-investisseurs, elle regroupe aujourd’hui 22 membres qui doivent effectuer des participations au capital de la coopérative. Twamaya Dima fait office de centre de coûts et de profits, c’est-à-dire que nous procédons à une mutualisation des charges en achetant en commun les intrants et outils de production. Ensuite, les membres peuvent acheter et/ou louer, à des prix inférieurs au marché, les matériels de production auprès de la coopérative. Après la récolte, les recettes sont partagées équitablement. La première moitié de la recette de chaque agriculteur-membre est gardée par l’agriculteur et la deuxième moitié est réservée à la coopérative pour être partagée à l’ensemble des membres (agriculteur et micro-investisseur).
Quels sont les contraintes et les difficultés rencontrées ?
Nous avons les matériels nécessaires pour notre production, mais cela ne suffit pas. Il nous faut des nouveaux adhérents qui accepterons de travailler comme agriculteurs pas seulement des simples apporteurs des fonds (micro-investisseurs), car ce n’est pas l’argent qui nous manque depuis que nous sommes accompagné par la MECK-Moroni. Nous avons besoin de main d’œuvre pour cultiver d’autres espaces vierges et amortir rapidement les dépenses de nos investissements.

Est-ce que la MECK-Moroni vous a été utile en matière d’accompagnement de votre activité ?
Notre coopérative ne serait pas en mesure de prospérer sans l’accompagnement de la MECK-Moroni. Cette institution financière est la première et la seule qui nous a accordé sa confiance. Nous avons obtenu auprès de celle-ci deux prêts successifs sans garanties matérielles. Ces prêts nous ont permis de financer notre stock en matières premières, l’acquisition d’un motoculteur et d’une machine à broyer, ainsi que de relancer les activités de notre coopérative.
Quelles sont vos attentes vis-à-vis de la MECK-Moroni ?
Nous avons un projet d’élevage de poulet et nous souhaitons continuer à travailler avec la MECK-Moroni pour développer ce projet en fabricant la provende au niveau local.
Quelles sont vos perspectives d’avenir ?
Les activités d’élevage des poulets sont compatibles et complémentaires avec la culture que nous pratiquons actuellement. Donc, nous envisageons d’améliorer notre production par la diversification de nos produits, le recrutement des nouveaux agriculteurs et leurs formations.

Entretien avec Mohamed Abdoul Bastoi – MECK-Moroni

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*