En ce moment

« Je propose un Smic de 60 000 francs et une retraite pour le secteur privé »

Élections législatives. Said Abdillah président du parti Comores Alternatives et candidat au poste de député propose dans son programme la mise en place d’un salaire minimum dans le public comme dans le privé de 60 000 francs comoriens. Il propose également une fois élu de proposer une loi pour la mise en place d’une caisse de retraite du secteur privé des anciens députés et ministres. Voici la conférence de presse à voir ci-dessous :

La Rédaction

1 commentaire sur « Je propose un Smic de 60 000 francs et une retraite pour le secteur privé »

  1. On a toujours voulu un débat constructif et des promesses réalisables et qui reposent sur des chiffres vérifiables. Je voudrais faire quelques commentaires sur le SMIC. J’aimerais que le député nous dise sur quelle base il fixerait ce dernier à 60 000. Il me semble que le SMIC devrait être fixé en fonction du coût de la vie de la population. Est ce que le député oublie qu’aujourd’hui un kilo d’aile coûte 1 000, par mois, c’est alors 30 000. Un kilo du riz populaire coûte en moyenne 500, soit 15 000 le mois. Une chambre en taule coûte en moyenne 20 000 dans la capitale. Rien que ces trois postes, on arrive à 65 000. Ce qui dépasse la proposition du député.

    Ensuite, est ce que le député s’est renseigné sur le nombre des travailleurs qui touchent moins de ce SMIC dans la fonction publique ainsi que dans le privé. Si tel est le cas, ce que je doute, sa proposition coûte combien à l’Etat et quelle serait sa proposition pour permettre à l’Etat de financer celà. S’agissant du privé, quelle serait la mesure d’accompagnement qui permettrait aux entreprises de faire face à l’éventuelle hausse de la masse salariale.

    Voyez vous enfin, le debat doit être constructif. Le développement de ce pays doit commencer par l’Assemblée puisque tout, absolument tout est réglementé. Les lois sont donc votées par l’Assemblée. Vous imaginez donc les conséquences d’avoir une assemblée qui ne comprend pas comment l’appareil de l’Etat fonctionne dans tous les domaines.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*