Je signe pour que ça change, » le parti Ulezi propose la loi des quatre »

Autant l’avouer d’entrée, le peuple comorien est partagé : Ceux qui croient en l’avenir et ceux qui n’y  croient plus. Ce qui m’inquiète, c’est cette dernière catégorie qui ne cesse malheureusement de s’accroître.
A la veille du lancement  officiel de la campagne présidentielle, le discours des politiques, doit être mobilisateur pour que le fatalisme et l’ethnocentrisme ne continuent de gagner de terrain. Il doit être fédérateur car la construction de l’avenir ne doit aucunement  laisser une partie de la population dans le doute. Mes échanges avec les compatriotes, le peuple comorien ne jure que d’une chose, se débarrasser de ces personnes qui, sur ces dernières quinzaines, sont responsables d’une situation catastrophique sans précédente dans l’histoire contemporaine des Comores.
Pourtant notre pays dispose des ressources nécessaires pour se développer. Ressources naturelles comme ressources humaines. Dans un pays où 60% de sa population a moins de 40 ans, l’avenir reste prometteur à condition que ses dirigeants mettent un peu de volonté. Aujourd’hui force est de constater que le bilan est révoltant surtout sur ces 15 dernières années.
Une jeunesse désabusée et désorientée, étouffée par la corruption. Cette jeunesse a perdu sa liberté de penser et de s’engager. Une inconscience dirais-je, elle se sent redevable envers la classe dominante. Dans ces conditions comment construire un autre avenir ? Comment changer les choses, si à chaque élections nous reprenons les mêmes et nous recommençons ?

image

Le parti Ulezi propose la loi des quatre « E »

L’Éveil des consciences reste la primo condition pour que le changement soit effectif.  « S’indigner c’est bien mais s’engager c’est mieux », le peuple comorien doit faire sa révolution. Ulezi prône pour une véritable révolution de changement des mentalités et des comportements. Il préconise une politique de bonne gouvernance. Le comorien aujourd’hui ne doit pas se satisfaire du pays tel qu’il est. Il doit vouloir changer la société. L’idée serait de se donner les moyens de lutter contre les injustices et du combat pour une vie meilleure. Œuvrer ainsi pour le développement afin de bâtir un pays fort, riche, juste et en bonne santé et respectueux de l’environnement

Etat fort : Ulezi propose le retour de l’État comorien où ses enfants auront les mêmes droits et devoirs, sans distinction de village ou île de naissance. Une république où les projets de développement seront décidés d’une manière équitable sur l’étendue du territoire national. Oui la tournante sera abrogée par voie référendaire car le peuple doit avoir son mot à dire et l’État doit jouer son rôle de fédérateur. En supprimant les Vices-Présidents, l’exécutif issu d’une majorité parlementaire aura le rôle de garant de l’unité et de l’intégrité du territoire. L’acte 2 de la décentralisation donnera plus de compétences aux gouverneurs des îles pour assurer la gestion de proximité des territoires. Nous reviendrons au découpage des régions et des municipalités pour rendre plus efficace et  transparente les missions du parlementaire et du Maire. La diaspora aura une représentation effective et proportionnelle dans les diverses instances de l’Union des Comores. Elle aura surtout le droit d’être électeur et éligible.

Éducation ciblée : La priorité Uleziste est la Jeunesse. Comme demain se construit aujourd’hui. Les Comores doivent être dotées d’une éducation ciblée en fonction des besoins pour son développement. Des grandes orientations doivent être adoptées : la refondation des références et des reformes importées, actuellement en vigueur, la suppression de l’examen d’entrée en 6ème, le développement d’une culture humaniste, scientifiques et patriotique, devront accompagner une culture à la paix et à la non-violence. Former l’enfant comorien dès son jeune âge aux besoins économiques du pays est une mesure phare à adopter. L’esprit entrepreneurial doit être acquis dès le plus jeune âge pour que notre pays se dote d’une jeunesse qui aura le goût d’entreprendre.

Entrepreneuriat : Un plan de développement  triennal d’urgence dont l’objectif serait la lutte pour l’emploi, doit être proposé. Ce plan vise, après avoir effectué un recensement des besoins sur l’ensemble du territoire, à apporter les solutions nécessaires en infrastructures routières, énergétiques et en nouvelles technologies de communications. 
Ulezi exhorte d’adopter les réformes structurelles nécessaires au développement économique afin de sortir le pays du marasme économique dans lequel il est engouffré depuis quatre décennies et d’adopter une politique de l’emploi orientée prioritairement vers l’agriculture, le tourisme, les nouvelles technologies et l’artisanat. La souveraineté monétaire est indispensable au développement de notre économie. Cette mutation sera accompagnée par les réformes fiscales encourageant l’entrepreneuriat devant induire une croissance inclusive. Une caisse de Dépôt et une Banque des initiatives populaires seront proposées pour soutenir ces dispositifs.

2016, la Défaite est interdite. Le peuple doit enfin gagner !!! Notre pays est au tournant de son histoire, nous devrons être tous conscient pour ne plus répéter les mêmes erreurs. Ceux qui nous ont amenés dans cette situation doivent être responsables de leur bilan. Choisissons le changement incarné par la nouvelle génération politique. Oui nous avons les pieds dans la boue mais les yeux rivés vers les étoiles. Alors rêvons l’évolution et réalisons la .

Natuk Mohamed MOUZAOIR

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*