Jeux des Iles 2019 : Les Comores mettent la pression

wpid-screenshot_2016-01-22-13-06-35-1.png

Après le Comité olympique comorien, c’est le gouvernement de ce pays à travers le ministre de l’Intérieur et porte-parole, Houmedi Msaidié, d’affirmer que les Comores maintiennent leur candidature pour l’organisation des Jeux des Iles de 2019. Cette Ile sœur qui a reçu le drapeau des Jeux à La Réunion au mois de juillet maintient toujours la pression pour obtenir de nouveau l’organisation de la 10e JIOI allouée à Maurice en octobre 2015. Dans une déclaration à la presse comorienne, Houmedi Msaidié a clairement laissé comprendre que son pays ne compte nullement lâcher prise : « Nous serons à Maurice parce que nous sommes concernés par cette réunion. Nous nous y rendrons pour aller récupérer définitivement nos Jeux, car l’édition 2019 est la nôtre. Nous avons gardé le drapeau des Jeux, cela signifie que nous restons encore l’île hôte de l’édition ». Le ministre de l’Intérieur a dans la foulée tenu à rappeler que les Comores ne sont pas le premier pays à avoir accusé du retard dans les préparatifs des JIOI, évoquant le cas de Maurice qui avait repoussé d’une année la tenue de la cinquième édition finalement organisée en 2003.

image

Tout en affirmant que les JIOI ne sont pas « la propriété d’une ou de deux îles », le gouvernement comorien a tenu également à confirmer que le pays a été fidèle à l’engagement pris pour le respect de la Charte des Jeux « ainsi qu’à nos engagements pour l’édition de 2019. Nous ne dirons jamais assez que nous sommes prêts à relever le défi. Le 20 octobre à La Réunion, c’était une réunion. Les 17 et 18 février prochains à Maurice, ce sera une autre ».
Le président de la République, Ikililou Dhoinine a déjà visité le complexe sportif de Maluzini où les travaux ont été lancés, ce qui prouve l’engagement des Comores pour la prochaine édition des JIOI.

La position des représentants de la Grande Ile est très attendue à cette réunion après le lobbying effectué en début d’année par le gouvernement et le comité olympique comoriens.
Quoi qu’il en soit, malgré la prise de position du gouvernement comorien, Philippe Hao Thyn Voon, président du CIJ, demeure catégorique. « Les Comores veulent certes mettre de la pression. Au niveau du CIJ, il n’est pas question de retour en arrière. Les dirigeants comoriens ont demandé que l’agenda de la réunion soit modifié afin d’inclure l’item de la réallocation des JIOI. Il n’en est pas question ».
Recueilli par T.H

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*