«Jioi 2019» : Les Comores rompent le silence

wpid-screenshot_2016-01-18-07-55-50-1.png

Choqué par les déclarations à la limite de la provocation du président du Conseil international des jeux, le Mauricien Philippe Hao Thyn Voon, le porte-parole du gouvernement comorien a rappelé que «les Comores ne sont pas les premières candidates à avoir accusé du retard dans les préparatifs des Jioi. En 1985, Maurice a retardé l’organisation de la cinquième édition d’une année. Mais cela ne semble pas interpeler personne».

image

Les Comores sont en train de démontrer qu’elles tiennent toujours à recevoir les jeux des îles 2019. Après le lancement des travaux du complexe sportif de Maluzini, le gouvernement vient de réaffirmer son engagement ferme. Son ministre de l’Intérieur et porte-parole du gouvernement a déclaré à Al-watwan que «ces jeux des îles de 2019 sont les nôtres. Nous allons les organiser contrairement à ce qu’on peut lire dans une certaine presse régionale et notamment mauricienne».

Houmedi Msaidié régissait à la dernière sortie du président du Conseil international des jeux, le Mauricien, Philippe Hao Thyn Voon (Lire notre  dernière livraison). Ce dernier a lancé les 9 et 10 janvier à Week-end et au Mauricien, deux quotidiens mauriciens, que les jeux de 2019 allaient avoir lieu dans son pays. Cette déclaration du président du comité olympique de l’île Maurice, est destinée, selon toute vraisemblance, à contrecarrer le lobbying mené à Madagascar par le Comité national olympique et le gouvernement comoriens.

Malgré la stratégie du sang froid adopté jusqu’ici à Moroni, Houmedi Msaidié a préféré lever la voix.

«Les jeux de tous»

Il a annoncé la position comorienne par rapport à la prochaine réunion du Cij, des 17 et 18 février. «Nous serons à Maurice parce que nous sommes concernés par cette réunion. Nous nous y rendrons pour aller récupérer définitivement nos jeux car l’édition de 2019 est la nôtre. Nous avons gardé le drapeau des jeux, cela signifie que nous restons encore l’île hôte de l’édition». Pour le ministre, les Comores n’ont pas encore dit leur «dernier mot». Choqué par les déclarations du président du Cij, Houmedi Msaidié a rappelé que «les Comores ne sont pas les premières candidates à avoir accusé du retard dans les préparatifs des Jioi. En 1985, Maurice a retardé l’organisation de la cinquième édition d’une année. Mais cela ne semble pas interpeler personne». Pour appuyer son argumentation, le porte-parole a évoqué la visite, jeudi dernier, du président de la République dans le chantier du complexe sportif.

Selon lui, le déplacement sur le site du président Ikililou Dhoinine a été une preuve supplémentaire de l’engagement des Comores pour les Jioi 2019. Il a rappelé que le chef de l’Etat a réaffirmé que le pays allait «accélérer les travaux afin d’être à jour à la date convenue. L’entreprise chinoise qui va construire le stade démarrera les travaux dans peu de temps. Parallèlement, nous multiplierons les efforts en mettant les moyens qu’il faut, avec le concours de nos amis de la République populaire de Chine, pour réaliser ce projet».

Le Conseil international des jeux et son président, Philippe Hao Thyn Voon, peuvent faire librement leurs déclarations. Mais, lance Houmedi Msaidié, son président – qui n’est autre que le président du Comité olympique de son pays – devrait se «rappeler» comment Maurice a été déclarée pays organisateur des Jioi 2019. «C’était à l’issue d’une procédure viciée avec un vote, ce qui ne s’est jamais vu au Conseil international des jeux». Pour le gouvernement comorien «le 20 octobre à la Réunion c’était une réunion, les 17 et 18 février prochains à Maurice ce sera une autre».

«Il n’appartient pas encore à personne…»

Les autorités comoriennes rappellent, à ce propos, que les «Jeux des îles de l’Océan indien  sont la fête de la jeunesse de l’Océan indien, ils ne sont pas la propriété d’une ou de deux îles».

Dans un communiqué, le Comité olympique et des sports des îles Comores annonce qu’une conférence de presse sera organisée cette semaine à son siège. Son président Ibrahim Ben Ali s’entretiendra avec la presse par rapport à sa dernière mission à Madagascar en présence du directeur de cabinet du président de la République, Hamada Madi Bolero.

Le gouvernement comorien rappelle qu’il n’appartient pas encore au Cij d’attribuer définitivement les jeux à un pays. Les jeux des îles sont dans la logique des choses une affaire des Comores en attendant le prochain rendez-vous du Cij, des 17 et 18 février à Maurice. Il est vrai qu’à la lumière de l’article 4 de la Charte des jeux, les Comores restent formellement les seules candidates pour l’édition 2019. «Toute candidature pour l’organisation des Jioi doit être faite par le Cno ou toute autre organisation concernée (reconnue par le Cij) et avec l’aval de l’autorité compétente de l’île membre (…). L’île déposant sa candidature doit s’engager à respecter la Charte et les règlements généraux des jeux». Houmedi Msaidié a soutenu que les Comores sont fidèles à cet engagement. «Nous avons été toujours fidèles au respect de la charte des jeux ainsi qu’à nos engagements pour l’édition de 2019. Nous ne dirons assez jamais que nous sommes prêts à relever le défi».

Elie-Dine Djouma / Alwatwan

1 commentaire sur «Jioi 2019» : Les Comores rompent le silence

  1. Bonjour ,Alors que les blablas de nous dire que les jeux seront aux comores en 2019 ET LA COMMISSIONS NE VOIE PAS UNE réél progrès de structure elle ne veut pas avoir une surprise ellle decide d’organiser les jeux ailleur alors innutile de prendre le serieus comme un enjeux politiciene comme vous le fait laisse la campagne ailleur et regarder la réalité en face il en manque beaucoup à faire et vous vous remplissiez les poche aulieu de faire ce qu’il faut dans le pays ; vous n’avez même pas honte de prendre le drapeau des jeux et le rendre à la fin vous êtes les mêmes qui gouvernent depuis 1979 que les jeux éxiste et vous ne faites rien arrêttez les blablas éléctoral Monsieur le porte menteur vous n’arrêttez pas de vous contre dire MONSIEUR ça suffit :::::::::::::::::////

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*