Joola : les recours rejetés en France sont une "bonne nouvelle", selon des victimes

20 novembre 2012

Joola : les recours rejetés en France sont une « bonne nouvelle », selon des victimes

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Photo prise d’un écran de TV diffusant une vidéo filmée par un touriste lors du départ du Joola, le 26 septembre 2002 de Karbane, à l’embouchure du fleuve Casamance ©AFP

DAKAR (AFP) – (AFP)

Un Collectif
de victimes au Sénégal du naufrage du ferry
sénégalais Le Joola, qui a fait près de 1.900
morts en 2002, a salué comme « une bonne
nouvelle » le rejet mardi par la Cour de cassation
française des recours de six responsables
sénégalais contestant l’enquête ouverte en France.

« C’est une bonne nouvelle.Nous soutenons toute action de
justice visant à faire la lumière (sur le
naufrage) et déterminer les responsabilités »,
a affirmé à l’AFP Nassardine Aïdara,
coordonnateur du « Comité d’initiative pour
l’érection d’un mémorial-musée Le Joola ».

Ce Comité regroupe quatre associations de familles des
victimes sénégalaises et françaises, mais
aussi d’autres organisations de la société civile
et des « bonnes volontés ».

« Nous encourageons le gouvernement (sénégalais)
à rouvrir le dossier et à soutenir l’action
menée en France.Nous envisageons de porter plainte
contre X. Il faut que les responsables du naufrage soient un
jour jugés », a ajouté M. Aïdara.

La justice sénégalaise a classé le dossier du
Joola en 2003 en concluant à la seule
responsabilité du commandant de bord disparu dans le naufrage.

Mais la justice française a ouvert en avril de la
même année une enquête dans le cadre d’une
information judiciaire pour, notamment, homicides
involontaires et défaut d’assistance à personnes
en danger.Vingt-deux Français sont morts dans le naufrage.

Visés par des mandats d’arrêt internationaux, six
des sept responsables sénégalais de l’époque,
civils et militaires, qui contestaient l’enquête en
France sur ce naufrage, ont vu leurs demandes rejetées
mardi par la Cour de cassation française.

Cette dernière a déclaré irrecevable les
pourvois formés par les dignitaires
sénégalais au motif qu’ils ne « sont pas
parties » à la procédure, en ce sens qu’ils ne
se sont pas présentés devant la justice
française et restent recherchés.

Quant au pourvoi de Gomis Diedhiou, qui était en service
au ministère sénégalais de l’Economie
maritime et qui est le seul à avoir été
interpellé et mis en examen (inculpé), il a
été rejeté par la Cour de cassation car il
n’a pas respecté le délai de six mois après
sa mise en examen, intervenue le 12 octobre 2010, pour
contester la procédure.

En 2008, un juge français avait délivré neuf
mandats d’arrêt internationaux.La justice a
annulé ceux qui visaient l’ex-Premier ministre
sénégalais, Mme Mame Madior Boye, et l’ex-ministre
des Forces armées, Youba Sambou.

Le Joola avait chaviré au large de la Gambie le 26
septembre 2002, alors qu’il reliait Ziguinchor (sud du
Sénégal) à Dakar.La catastrophe avait fait
1.863 morts et disparus selon le bilan officiel, plus de
2.000 selon les associations de familles de victimes, soit
davantage que le naufrage du Titanic (1.500 morts).Seules
64 personnes avaient survécu.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*