Journée de la police arabe : Intensifier les échanges avec le reste du monde arabe

wpid-screenshot_2015-12-30-08-50-26-1.png

«La recrudescence de l’activité criminelle dans la région arabe et la prolifération des groupes terroristes exigent des polices arabes un niveau élevé de coordination, notamment en matière d’échange d’expériences et d’informations sécuritaires», a déclaré Dhanoune Ali Mohamed, au nom de la Direction de la sûreté nationale.

image

Sous le haut patronage du ministère de l’Intérieur, la direction nationale de la Sûreté a célébré, hier, la Journée de la police arabe. ‘‘Face aux menaces diverses qui guettent les Comores, au même titre que les autres pays, les forces de sécurité sont invitées à consentir davantage d’efforts et à faire des sacrifices pour préserver la paix et la stabilité du pays’’, a déclaré le commissaire Attoumane Ali. Au nom du ministre de l’Intérieur, il a déclaré que le gouvernement allait accentuer son appui au développement de la police nationale afin de la hisser au plus haut niveau et lui donner les moyens de remplir pleinement sa mission.

Dhanoune Ali Mohamed a, à son tour, affirmé que le terrorisme ‘‘constitue la plus grande menace qui pèse sur la sécurité mondiale.’’ Selon lui, cette célébration de la journée de la police arabe conforte l’Union des Comores dans sa volonté de coopérer avec les services de police des autres pays arabes pour faire face aux différentes formes de criminalité.

«La recrudescence de l’activité criminelle dans la région arabe et la prolifération des groupes terroristes exigent des polices arabes un niveau élevé de coordination, notamment en matière d’échange d’expériences et d’informations sécuritaires», a-t-il dit.

Pour sa part, l’ambassadeur du royaume saoudien, Mohamed Ben Hamadi Al-Hadjiri, a appelé la direction nationale de la police à intensifier ses échanges avec le reste du monde arabe en vue de lutter efficacement contre toutes les facettes du terrorisme et de la criminalité. Généralement célébrée le 18 décembre, elle ne l’a été qu’hier aux Comores, sans plus de précisions.

Ali Abdou / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*