Journée de l’Europe : Une célébration placée sous le thème des violences faites aux enfants et aux femmes

L’ambassadeur de l’Ue a fait un tour d’horizon des différentes interventions de Bruxelles en faveur du développement socio-économique des Comores. Elle a en même temps annoncé que dans le secteur du transport routier, l’Ue allait apporter un appui de 27 millions d’euros et mettre également à la disposition du ministère de l’Education nationale une enveloppe de plus de 4,6 millions d’euros (Prepeec).
 
C’est avec une dizaine de jours de retard que la journée de l’Europe a été célébrée, hier Place de l’indépendance à Moroni, en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne aux Comores, de l’ambassadeur de France et du ministre de l’Intérieur, Mohamed Daoudou.
Cette année, la célébration de cette journée a été placée sous plusieurs thèmes, notamment la protection de l’enfant et de la femme, la formation technique et professionnelle et la protection de l’environnement.
La conférence-débat, qui a eu lieu dans la foulée, devait marquer le lancement officiel du «Projet d’appui aux services d’écoute des enfants victimes de maltraitance et des femmes violentées», financé par l’Ue à hauteur de 226 mille euros, au bénéfice de l’Association comorienne pour le bien-être de la famille (Ascobef).
Dans son discours, l’ambassadeur de l’Ue, Marjaana Sall, a fait un tour d’horizon des différentes interventions de Bruxelles en faveur du développement socio-économique des Comores.
Elle a, en même temps, annoncé que dans le secteur du transport routier, l’Ue allait apporter un appui de 27 millions d’euros et mettre également à la disposition du ministère de l’Education nationale une enveloppe de plus de 4,6 millions d’euros (Prepeec). Elle a, en outre, fait part d’un appui de 6,5 millions d’euros à la formation technique et professionnelle (Paftp).
Quant au secteur d’approvisionnement en eau potable à Ndzuani, l’Ue entend mettre sur la table une enveloppe de 4,5 millions d’euros ainsi que trois millions d’euros pour la lutte contre le changement climatique.
 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le président de l’Association comorienne pour le bien-être de la famille (Ascobef), Ali Mohamed Bacar, a fait savoir qu’il en ressortait des études réalisées sur la situation des femmes et des enfants en Union des Comores que «les enfants sont souvent victimes de coups et blessures volontaires, viols, cas d’incestes, détournements de mineurs, infanticides et abandons dans les décharges publiques, faisant accroitre le pourcentage des filles mères.»

Quant aux femmes, elles seraient souvent sujettes à des violences sexuelles, physiques, verbales, économiques et pour les jeunes filles, au harcèlement sexuel à la maison et à l’école.
«C’est ainsi que l’Ascobef voudrait, à travers ce projet, renforcer les actions de prévention des violences, assurer une prise en charge médicale, psychologique et juridique des victimes de maltraitance et de violences, par le renforcement des capacités des services d’écoute et par l’amélioration du cadre juridique et institutionnelle de prévention des violences et protection des victimes», a-t-il dit.

Ali Abdou/Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*