Journée internationale de la paix : En finir avec les conflits inter et extracommunautaires

A l’instar des autres pays du monde, les Comores ont célébré, hier jeudi 21 septembre, la journée internationale de la paix. La cérémonie a eu lieu au conseil de l’île de Ngazidja, en présence des autorités politiques, militaires et religieuses du pays. Elle a été parrainée par l’association Salam, une Ong qui œuvre pour la consolidation et le maintien de la paix.

 

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Lors de son discours, le président du conseil de l’île de Ngazidja, Younoussa Saïd a insisté sur l’importance de la paix dans un pays en quête d’un développement socio-économique.

Il a appelé la population comorienne en général et celle résidant à Ngazidja en particulier à œuvrer pour la consolidation de la paix afin de donner à notre pays une bonne image vis-à-vis de ses partenaires bi et multilatéraux.

La paix est le seul combat qui veuille d’agir, et chacun de nous est appelé à donner son maximum pour que les Comores vivent en parfaite harmonie, a-t-il déclaré.

Des conflits de voisinage

A son tour, le président de l’Association des maires de Ngazidja, Djoumoi Saïd Abdallah a orienté son intervention sur la nécessité d’une jeunesse unie et forte qui devra travailler pour le renforcement des capacités en matière de paix et de sécurité.

Pour lui, le décollage de notre pays exige une paix durable dans tous les domaines. Raison pour laquelle, il a assuré la disponibilité de toutes les communes et l’envie d’appuyer toutes les associations et autres Ong qui ont comme cheval de bataille, la consolidation de la paix sur le territoire national.

Une disponibilité qui est renforcée par celle de l’exécutif de Ngazidja. Au nom de Mrodju, le secrétaire général du gouvernorat, Ahmada Youssouf Islam a déclaré que parmi les priorités de l’exécutif, figure la promotion et la consolidation de la paix. Pour lui, dans un pays sans paix, aucun développement ne peut être envisagé.
Quant au directeur exécutif de l’association Salam, Mohamed Souleimana, il a rappelé le rôle que son Ong compte jouer pour impulser une dynamique de rétablissement d’une paix durable entre les communes divisées.

Mohamed Souleimana a fait part de l’engagement de l’Ong Salam à renforcer les capacités pour éviter les conflits inter et extracommunautaires.

Nous disposons d’un rapport qui démontre que les conflits inter et extra-communautaires concernent les villes et villages les plus proches. C’est pour cela que nous avons mis en place, la coopération décentralisée pour essayer de mettre fin à ces conflits et voir les moyens de consolider la paix dans ces villes et villages en proie à des conflits parfois durables. Des codes de bonne conduite seront élaborés pour le renforcement de la paix et lutter contre les conflits inter et extracommunautaires, a-t-il fait part.

Selon le directeur exécutif, l’association Salam se prépare d’ici la prochaine législation de 2020, à soumettre un projet de loi qui légifèrera les peines réservées aux faiseurs de troubles.
Le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Saïd Abdou Djaé a fermé la cérémonie en recadrant son discours sur le renforcement des capacités en matière de paix et de sécurité dans le but d’atteindre un développement durable dans la société comorienne.

Il a appelé tous les Comoriens à agir pour préserver la paix. “Le maintien de la paix et la prévention des conflits inter et extra-communautaires seront les sources d’un développement harmonieux et durable”, conclue-t-il.

Ali Abdou / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*