Journée internationale des droits de l’enfant 

En proclamant dans le préambule de sa constitution du 23 décembre 2001, le droit de l’enfant et de la jeunesse à être protégés par les pouvoirs publics contre toute forme d’abandon, d’exploitation et de violence et en ratifiant la convention relative aux droits de l’enfant en 1993, l’Etat comorien a voulu placer la protection de l’enfance parmi ses grandes priorités. Les actions et les efforts entrepris par les différents Gouvernements avec l’appui de ses partenaires au développement, se sont toujours axés sur la promotion et le respect des droits fondamentaux de l’enfant en vue de son développement harmonieux. 
 
 
 
Cependant, force est de constater que nombreux sont les défis qui restent à relever pour assurer la jouissance par les enfants de leurs droits. En effet, les différentes études qui ont été menées au cours de ces dernières années, notamment, l’enquête EDS/MICS 2012  ont relevé des nombreuses violations des droits de l’enfant. L’enfant comorien, souffre de plusieurs maux qui concernent sa nutrition, sa santé, son éducation et de son état physique. Il est victime de diverses exploitations économiques, de mauvais traitements, d’abus sexuels, mais également d’abandon. La Stratégie accélérée de Croissance et de Développement Durable (SCA2D) a inscrit la protection de l’enfant dans ses objectifs. La nouvelle politique nationale de protection de l’enfant élaborée en 2016 sur la base de la cartographie et l’évaluation du système de protection de l’enfant réalisée également en 2016 a mis en place un cadre référentiel visant à définir les orientations stratégiques et les priorités dans le domaine de la protection de l’enfant en Union des Comores. Cette politique de protection de l’enfance se fonde sur la volonté de doter l’Union des Comores d’un système de protection de l’enfant approprié afin de fournir à chaque être humain âgé de moins de 18 ans d’un environnement politico-institutionnel et légal protecteur contre toutes formes de maltraitance, de négligence, d’abus, de traite, de discrimination, d’exploitation et de violence que subissent les enfants, leurs familles et leurs communautés.

 
 
Dans le cadre de la mise en œuvre de l’axe stratégique 5 de cette politique portant sur la communication, l’éducation et la mobilisation pour le changement, le Commissariat National à la Solidarité et à la protection Sociale et à la Promotion du Genre, célébrera avec l’appui technique et financier de l’UNICEF, la journée internationale des droits de l’enfant le 20 novembre 2017. Le 20 novembre constitue un rendez-vous mondial essentiel pour faire vivre les principes de la Convention internationale des droits de l’enfant auprès des enfants et de la population. La journée sera l’occasion pour l’Etat et ses partenaires de donner une grande visibilité aux programmes réalisés en faveur des enfants en Union des Comores. Les enfants de moins de 18 ans représentent une importante composante de la population. Ils sont estimés en 2016 à près de 372.000, soit près de 46% de la population. Cette journée sera célébrée par les enfants et pour les enfants. A cette occasion, les enfants auront là lire dans leurs écoles et collèges du pays, le message du Chef de l’Etat qui leur sera adressé, à visiter les hautes autorités de l’Etat, à animer des émissions de radio et de télévision et prendre part à la cérémonie officielle qui sera organisée à l’école publique Moroni Application (Fundi Said Mnemoi), le 20 novembre 2017 dans l’après-midi. Un concert regroupant les artistes qui ont composé des chansons dédiées aux enfants, notamment Salim Ali Amir et Cheikh MC  sera organisé dans l’enceinte de l’école pour clôturer les festivités de la journée.C

Comores droit 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*