Journée Mayotte : Ngo’Shawo “entretient la flamme”

Le 12 novembre 1975 consacre l’adhésion des Comores au cercle des Nations unies. L’Organisation internationale affirme, dans l’une de ses résolutions phares, “la nécessité de respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la Grande Comore, de Mayotte et de Mohéli”. Le 12 novembre marque donc la “Journée Maoré”, une journée dédiée à nôtre île, illégalement occupée par la France.
 
Dans le cadre donc de la célébration de la Journée Maoré 2017, dimanche 12 novembre prochain, l’association Ngo’Shawo a organisé hier, au Clac de M’vuni, une journée de sensibilisation axée sur le thème : “ce qui fait de nous des frères.” La journée s’est ouverte par une projection d’extraits de films donnant la parole à des Mahorais partisans de l’unité des Comores.
Ces Mahorais ont dit “non à la départementalisation”. Ils évoquent, pour soutenir leur position, une “perte des valeurs” et une “assimilation forcée”. Ils appellent à “ne pas renier les origines”. La départementalisation, selon eux, est un “oubli de l’histoire” commune des quatre îles.

La projection a été suivie par une conférence-débat animée par Amir Saïd Ahmed, responsable du pôle engagement citoyen de Ngo’Shawo, avec comme invité d’honneur Idriss Mohamed, qu’on ne dissocie pas du Comité Maoré et membre du Mouvement du 11 août.
Notre conférencier du jour s’est étalé sur la “grande question”, celle qui revient souvent : “le combat mène-t-il quelque part ?” La vie, prétextent certains, est bien meilleure à Mayotte, et jamais les Mahorais ne voudront revenir dans les difficultés qui sont les nôtres. Certes, rétorque Idriss Mohamed, les Mahorais bénéficient de bons hôpitaux et de salaires attrayants, mais cela n’est que de la “poudre aux yeux”. Ces avantages ne profitent pas à tout le monde.

Ne pas laisser le débat s’étouffer
L’ancien président du Comité Maoré cite à l’appui ces milliers de Mahorais oubliés par le système, et qui vivent avec une “assistance sociale de 100 euros”, de loin insuffisante.

    La France n’a pas intérêt à ce que les Comores se développent, ajoute Idriss Mohamed. 
 

Le retour de Mayotte passe entre autres, selon lui, par le développement des Comores. Si Mayotte rejoint la France, c’est justement pour fuir les difficultés. En réponse à un intervenant qui lui demande s’il ne vaut pas mieux respecter le choix des Mahorais, il répond que les Mahorais qui sont pour le maintien de l’île sous domination française “ne rejettent pas pour autant leur comorianité”. Ils restent ancrés à la religion, à la langue et à la culture, qui sont propres aux quatre îles. Idriss Mohamed souligne par ailleurs que bon nombre de Mahorais sont pour le rattachement de l’île hippocampe à ses sœurs des Comores, faisant référence au film projeté.
L’erreur, conclut-il, serait de baisser les bras. “À cœur vaillant rien d’impossible.” Notre conférencier, qui s’est réjoui de l’affluence dans la salle, appelle ainsi les jeunes à reprendre le flambeau. “Que Mayotte retourne un jour dans son giron naturel, cela ne fait aucun doute. La question est : quand ?” Pour que ce rêve devienne un jour réalité, il faut le concours de tout un chacun. Il faut agir en commun pour “mettre la pression sur le gouvernement”, ne pas laisser le débat s’étouffer.
Pour clôturer la journée, le président de Ngo’Shawo, Ait-Ahmed Djalim, est revenu sur la nécessité de “conscientiser” les jeunes. “L’association est au chevet de la journée Maoré depuis 2013”, dit-il. Et elle compte “entretenir la flamme” via des événements semblables à celui-ci.

Alwatwan 

3 commentaires sur Journée Mayotte : Ngo’Shawo “entretient la flamme”

  1. Courage Maorés tsyo tsyo tsyo NGAYI DZAO .
    Vous pouvez toujours rêver .
    Nous demanderons à la France notre indépendance pour faire une opération
    de grande envergure pour chasser de nos terres sur des 57 bidonvilles recensés .
    Et faire comme Anjouans , y a t’il un Grand-Comorien ou un Mohélien qui ose s’ aventurer à squatter
    une parcelle à l’ ile d’ Anjouan ???.
    OEIL POUR OEIL DENT POUR DENT .

  2. Les images parlent d’ elles mêmes , cet salle de réunion est vide , les vrais intellectuelles Comoriens ayant certains neurones et qui résonnent avec logique et bon sens sont absents sur cette réunion car ils ne voient pas pourquoi cette acharnement « de vouloir tirer les Maorés vers le bas . C’est le comble de bêtise humaine .

    La presence de certains qui sont facilement manipulable , sont considérer comme des ânes qui Mr Idrisse pourra les faire brouter de l’ herbe , comme il a réussi à les réunir et les fait rouler dans la patte de farine .
    Pauvre de vous , soyez nombreux à son journée maoré le 14 novembre 2017 pour vous raconter des bobards.
    Maoré tsiyo gaydjao , ne perdons pas espoir .

  3. Bravo, nous constatons que certains Comoriens prennent consciences qu’ils ne peuvent jamais décider à notre place.
    Merci à la personne qui à poser cet question plus que pertinent à Mr IDRISSE CHANFI ,lui demandant  » pourquoi nous ne respectons le choix des Maorés ?, l’ ayant exprimé à plusieurs reprises qu’ ils ne veulent surtout pas cohabiter administrativement et politiquement avec cet union de Comores corrompu, bananiere, anarchique et surtout miséreux , au moins lui n’ est pas CON et HYPOCRITE comme tous ces Compatriotes Grand-Comoriens .
    La réponse de IDRISS n’ est pas convaincant mais aussi ,on voit qu’ il prend les Comoriens comme des aveugles.

    Comment IDRISSE peut arriver à convaincre les Maorés à vouloir rejoindre cet union miséreux alors tous les Comoriens fuient ce pays maudit pour chercher à survivre à Mayotte , il faut vraiment être un Tarré pour croire à cette sottise insensés et bien sur que c’ est comme ça que les abrutis et les hypocrites se font remarquer .
    IDRISSE a envoyé sa fille à Mayotte pour chercher une vie meilleur et accoucher sur le Département Francais
    de Mayotte que des enfants Francais pour que notre cher IDRISSE n’ ait QUE des petits fils Francais et surtout pas Comoriens . Alors ce n’ est pas que IDRISSE est malin , il est surtout malsain et de mauvais foi envers ses propres frères Grand -Comorien .
    Du courage à perdre votre temps sur Mayotte au lieu de réfléchir comment sortir votre pays dans ce marasme économique, sanitaire et sociale .

Répondre à Hidaya Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*