Journée mondiale de lutte contre la tuberculose «Recherche chefs de file pour un monde exempte de tuberculose»

Le Ministère de la Santé a célébré ce samedi 24 mars 2018 la journée mondiale de lutte contre la tuberculose. Le Ministre de la jeunesse et sport, assurant l’intérim de Madame la Ministre de la Santé, ainsi que le Représentant résident de l’OMS ont tous les deux pris la parole. A l’occasion de cette célébration, nous avons noté la présence des représentants du Fond Mondial, de l’ONG DAMIEN et de l’UNFPA ainsi que de nombreux responsables de la santé.

La célébration du 24 mars est une grande opportunité pour intensifier et renforcer les activités de sensibilisation pour faire mieux connaître la maladie de la tuberculose afin de susciter un engagement politique et social en vue de progresser plus vite pour mettre fin à ce fléau mondial. Selon le Ministre, le défi du Gouvernement est de réduire la morbidité et la mortalité lié à cette maladie à l’horizon 2020. « Le ministère de la santé s’est fixé comme objectifs d’augmenter le taux de dépistage de la tuberculose à plus de 75% et de maintenir un taux de guérison supérieur à 85% »a annoncé le Ministre.

L’Union des Comores dispose des médicaments efficaces pour guérir la tuberculose, même chez des personnes également infectées par le VIH/SIDA. En effet, les patients sous traitement bénéficient aussi d’un appui nutritionnel. Dans ce cadre, le processus de prise en charge de la maladie est gratuit notamment le dépistage, le traitement médical et nutritionnel.

D’après le Ministre, des équipements de haute précision pour le diagnostic de la tuberculose et des radiographies mobiles sont désormais disponibles dans notre pays plus particulièrement à Ngazidja et à Ndzouani. « En moins de 3 heures nous arrivons à confirmer la maladie pourtant dans les années antérieures il fallait des mois pour avoir les résultats venant de l’extérieur », a rappelé l’intérim aire de Dr. RASHID Fatma.

A en croire les autorités, des microscopes à fluorescence sont déjà à la disposition des professionnels de santé ; Des stratégies de géo localisations des cas et des contacts sont en cours de mise en œuvre à Ndzouani et Ngazidja pour obtenir une cartographie de la tuberculose devant permettre de mieux planifier les interventions en temps réel. Il convient de souligner que tout le personnel impliqué au niveau des formations sanitaires continues à bénéficier des formations, pour une meilleure prise en charge de la maladie. C’est pourquoi, le gouvernement s’est engagé à multiplier les efforts pour renforcer la sensibilisation, l’éducation et le dépistage au niveau de tous les villages en privilégiant les stratégies avancées vers la population.

Dans sa conclusion, le Ministre de la Santé par intérim a souhaité « lancer un vibrant appel à toute la population pour suivre ces activités de sensibilisation afin de bien connaître la tuberculose et savoir se protéger et protéger sa famille », a-t-il conclu.

#Le_Message_de_Organisation_Mondiale_de_la_Santé

Le Représentant par intérim de l’OMS aux Comores, Dr. Abdoulaye DIARRA, a pour sa part livré le message de la Directrice Régionale de OMS-Afrique. En effet, Dr. Matshidiso Moeti à travers sa déclaration, lance un appel aux gouvernants à accroître le financement national de la lutte contre la tuberculose. Elle les invite également à prendre la responsabilité de veiller à ce que les médicaments essentiels, ainsi que les fournitures de laboratoire soient toujours disponibles.

Le thème retenu pour l’édition de cette année est : «Avis de recherche : des chefs de file pour un monde exempt de tuberculose ». Il vise à créer une dynamique en vue de la première réunion de haut niveau de l’assemblée générale des Nations Unies sur la tuberculose qui doit se tenir en septembre de cette année. La Directrice régionale de l’OMS Afrique invite les agents de santé, les Organisations non gouvernementales et les techniciens à optimiser l’emploi des méthodes éprouvées pour diagnostiquer et traiter correctement toutes les formes de tuberculose. Quant aux chercheurs, ils sont priés de mener des études scientifiques susceptibles d’éclairer les politiques qui visent à améliorer les services de lutte contre la tuberculose et à en assurer le suivi.

Il faut noter que si au cours de ces dernières années le Ministère de la santé de l’Union des Comores, à travers le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), a enregistré des bons résultats, c’est grâce à la précieuse assistance des partenaires de la santé.

Le Ministère de la santé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*