Justice : Le prédicateur Djibril passe devant le tribunal correctionnel ce matin

Poursuivi pour « escroquerie », le prédicateur Saïd Mohamed Djibril passe devant le tribunal correctionnel ce jeudi. Pour ces avocats, cette audience est un espoir pour faire évoluer la situation carcérale de leur client suite à plusieurs demandes de mise en liberté provisoire adressées devant le juge d’instruction et la chambre d’accusation sans succès. Quant à Me Mahamoudou Ahamada, la détention provisoire qui pèse devant son client depuis presque quatre mois n’a pas raison d’être.

 

C’est ce jeudi 21 septembre que va se tenir le procès engagé contre le prédicateur, Saïd Mohamed Djibril, poursuivi et placé en détention provisoire depuis le 27 mai dernier.

“Je confirme que l’audience aura lieu et d’ailleurs, nous sommes tous impliqués de près pour la suite de cette affaire”. C’est triste, mais c’est comme ça la vie, a déclaré Me Mahamoudou Ahamada, un des avocats du prédicateur, au cours d’un entretien acordé à Al-watwan. Interrogé sur la manière d’affronter cette audience, l’avocat a dit être confiant quant à la suite des événements.

Au sujet de cette détention provisoire qui dure depuis presque quatre mois, Me Mahamoudou Ahamada, a ajouté que cette mesure de privation de liberté

 

n’avait pas raison d’être d’autant plus que mon client avait offert de déposer une caution afin de recouvrer sa liberté. Néanmoins, nous n’avons pas réussi à obtenir cette liberté et il va comparaitre tout en étant en détention.

 

Au terme de son intervention, l’avocat du prédicateur a ajouté qu’il espère qu’après cette audience, la situation carcérale de son client va pouvoir évoluer. Quant à la partie civile, aucune réaction n’a été faite.

1,8 kilogramme d’or

Cette affaire du prêcheur poursuivi pour escroquerie présumée a fait couler beaucoup d’encre. Convoqué par le juge d’instruction pour confrontation, le 4 juillet dernier, l’inculpé a refusé de répondre aux questions pour motif, les relations d’amitié existante entre la magistrate et la partie civile.

Suite à cela, les avocats assurant la défense du prédicateur ont saisi le président du tribunal en vue d’obtenir la récusation de la magistrate instructrice.

Cette demande étant rejetée, les avocats de la défense se sont décidés de n’adresser aucune demande auprès de la magistrate. Quant à la partie civile, cette demande de récusation n’était pas fondée car les liens évoqués par la défense étaient flous.

Au sujet de cette procédure d’escroquerie engagée contre le prédicateur, l’avocat de la partie civile a ajouté que sa cliente a donné à l’accusé, 1,850 millions de francs en argent liquide et 1,8 kilogramme d’or, que “nous avons estimé à 27 millions de francs comoriens”. Quant à la défense, son client avait entamé le remboursement de cet or en question.

Rappelons que trois jours après son retour au pays, Chaehoi M’madi connu sous le sobriquet de Saïd Mohamed Djibril a été interpellé par la brigade de recherche et placé en garde à vue pour les besoins de l’enquête.

Aussitôt la durée de la garde à vue expirée, l’inculpé a été déféré au parquet et suite à son déferrement, le prédicateur a été inculpé d’escroquerie et placé en détention provisoire.

Selon une source proche de l’enquête, ces faits d’escroqueries reprochés à Djibril remontent en 2012, lorsque sa victime s’était attachée ses services pour guérir une de ses nièces malade.

Mariata Moussa/ Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*