Juwa-Pec : le feu brûle chez Sambi

wpid-screenshot_2015-12-21-16-50-49-1.png

A force de vouloir jouer les gens, Sambi se trouve aujourd’hui dos au mur. Celui qui croyait que les faibles et ignorants lui sont acquis, s’est mis le doigt dans l’œil, et ce sont ces derniers qui lui mènent la vie dure. En choisissant Ikililou au détriment de personnalités politiques mohéliennes qui ont le sens de l’Etat et dont quelques uns lui sont restés fidèles, Sambi paie aujourd’hui son hypocrisie et sa mauvaise foi. C’est exactement ce qu’il a fait en obligeant le caporal Bourhane Hamidou à déclarer sa candidature depuis Dakar alors que du haut de son immeuble qu’il a acheté à Dubai avec l’argent de la citoyenneté économique, a fait savoir aux plus naïfs qu’il briguera la tournante de Ngazidja. Tant pis pour ses aboyeurs qui ont cru à son spectacle.

image

Le spectacle désolant qui s’est déroulé devant Sambi entre ses enfants de  » cœur » est lamentable, mais ceux qui font la propagande du Mollah refusent d’admettre la réalité. Pour ceux qui n’ont pas vu Bourhane s’énerver en ont découvert le vrai visage de cet homme. Militaire de carrière et un des portes valises de Bob Denard, Bourhane a appris à frapper et à faire peur. Lorsque Sambi lui demande au nom du parti Juwa et Pec de se ranger derrière Fahmi Said Ibrahim ou l’inverse, le caporal s’est emporté jusqu’à agresser Fahmi Said Ibrahim qui a vite pris sa voiture pour aller se cacher dans son cabinet. Très remonté contre les manœuvres de Sambi, Bourhane a vidé son cœur et Sambi n’en revenait pas. C’est au tour de Djaffar Mohamed Mansoib, d’essuyer les insultes et la colère du caporal Bourhane. Ceux qui ont assisté à ce spectacle honteux nous ont révélés que Bourhane a sorti de sa bouche une vérité qui a surpris tout le monde et Djaffar Mohamed Mansoib s’est évanoui. Qu’est-ce qu’il a dit ? On préfère respecter nos lecteurs et on leur laisse s’occuper de leur cuisine interne.

A l’heure qu’il est à peine réveillé de son cauchemar, Djaffar Mohamed Mansoib accompagné de Dossar et Oukacha de Mohéli, se sont rejoints à Fahmi pour composer un autre ticket dénommé  » plan C ». Il s’agit d’un Fahmi, titulaire avec comme vice-président à Ngazidja Djafar Mansoib de père anjouanais, et de Dossar comme vice-président à Anjouan de père et de mère anjounaise et de Elarif Oukacha à Mohéli de mère anjouanaise. Comme quoi, Fundi adore Anjouan et c’est normal s’il fait appel aux anjouanais pour l’accompagner dans sa folie du chacun pour soit.

Il faut dire la vérité aux comoriens que les plans B et C ont échoué et se sont soldés en coup de poing.

Hamadi Mhoma

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*