Le ministre de l’intérieur à Anjouan

Mutsamudu

Pendant que la tension monte à Moroni, où des sources Comores-infos parlent de blessé par balle et selon un témoignage vidéo d’un élève violemment tabassé au lycée Said Mohamed Cheick, où les forces de l’ordre se seraient frottées avec les lycéens, précédé la veille du saisi du matériel de diffusion de La Baraka-FM, Anjouan retient son souffle avec l’arrivée du ministre à Anjouan dimanche après-midi.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Cité par plusieurs sources comme très impliqué dans les opérations de Moroni, le ministre de l’intérieur aussitôt arrivé a reçu à la coordination de l’Union, les préfets, les Maires, des notables et plusieurs collaborateurs dans l’île. Selon des sources concordantes, le ministre tenait à sensibiliser ses interlocuteurs des mesures gouvernementales relatives à la sécurité. Et on s’attendrait à du lourd. Car il n’est un secret pour personne ces derniers temps, à chaque passage du ministre de l’intérieur et le vice-président anjouanais, on doit s’attendre à quelque chose de décoiffant, à un rythme que leur présence dans île est scrupuleusement suivi de prêt et commenté.

Kiki fait trembler…

Le ministre de l’intérieur (Photo d'illustration)
Le ministre de l’intérieur (Photo d’illustration)

Tellement Kiki fait « trembler » que la station radio STAR-FM qui comptait mettre en place une nouvelle grille de ses programmes tournée vers la liberté d’expression et la prise de parole citoyenne, vient de suspendre son projet et la petite équipe se pencherait plutôt pour une grille musicale à partir du mois de mars en plus des reprises des principaux journaux de certains médias internationaux partenaires comme la Voix de l’Allemagne, RFI ou très bientôt la BBC. « Ce n’est que partie remise. Nous ne voulons pas prendre le risque de se faire saisir le peu d’équipement qu’on a acquis à la sueur de notre front. Dans un pays où la justice ne se comprend plus avec les forces de l’ordre, mieux vaut la fermer. Chaque régime a une fin et on attendra à la fin de celui-ci. C’est comme ça qu’on a survécu depuis… » Confiait d’un ton moqueur lundi matin un technicien de la station FM de Mutsamudu.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*