Kwassa : Interdit vers Mayotte mais légal pour Mohéli

​Qui aurait cru que le Kwassa interdit de service par les autorités comoriennes (du moins officiellement) comme moyen de transport illégal entre Mayotte et Anjouan, est tout à fait légalisé et organisé sur le trajet Mutsamudu-Niyumachouwa – Mohéli ?

L’activité a pignon sur rue depuis des années à Fourtaleza vers la sortie sud de la capitale. Il se faisait à la barbe des autorités avant que ces dernières ne s’intéressent à cette activité dangereuse mais pourvoyeur de fric facile. La traversée est facturée à 10 000 Fc d’autres parle de 10 500 Fc. Que ça soit l’un ou l’autre tarif, le service de migration et la police communale chacun de ses services de l’administration public et communale a posté ses agents, ses percepteurs. Selon des sources recueillies auprès des pilotes de ces « Kwassas » ou mieux encore dans la terminologie du milieu le « Comacat », « cette activité crée des revenues à l’état pas moins de 500 Fc par tête embarquée sans parler des taxes prélevées dans chaque bagage. ». Confie à Comores-infos l’un d’eux. Pas moins de 5 départs quotidiens et environ 10 ou 15 passagers et quelques chèvres ou un zébu en plus des pacotilles que chaque candidat à la traversée se charge. Une jeune dame portant son gilet de sauvetage orange, une passagère s’impatiente sous le badamier de la place se protégeant du soleil et de la brise dangereuse de Koussi estimé à 20km/h par moment ce matin dans la baie de Mutsamudu. « Par beau temps deux à trois heures suffit pour aller à Mohéli par Comacat. Pas du tout confortable comme moyen de transport mais c’est le plus rapide et disponible. » nous confie-t-elle.

Très prisé par sa rapidité et toujours disponible, le marché du transport en Comacat a le vent en poupe pour encore plusieurs années. Il stimule le manque de moyen de transport maritime régulier et autorisé entre Mohéli et Anjouan. Les armateurs qui desservaient cette ligne ont jeté par le cout et les exigences portuaires en Union des comores. Le seul et unique caboteur en bois « Al Nadjat » encore en activité sur cette ligne est mobilisé depuis des mois à M’jihari pour des grosses réparations. Selon son armateur capitaine Anfane, « nous avons encore quelques semaines voir des mois de travaux, mais avec la concurrence des Comacats, je ne pense pas pouvoir tenir encore longtemps dans cette activité. Les couts de réparations et d’exploitation de la ligne sont de plus en plus onéreux. Et sans l’appui de l’Etat ce dernier boutre en bois des Comores disparaîtra. »

KAy, Comores infos 

2 commentaires sur Kwassa : Interdit vers Mayotte mais légal pour Mohéli

  1. Mr BOUN…Je pense que parmi les quatre Iles de l’archipel des Comores,l’Ile la plus pauvre est Mayotte car elle est colonisée et assistée par l’EUROPE.
    Autre chose Mr BOUN …Depuis que le monde est monde vous n’avez jamais entendu qu’on est clandestin chez soit .

  2. LES KWASSAS NE SONT PAS INTERDITS À MAYOTTE, SEULS LES CLANDESTINS SONT REFOULÉS. LES CLANDESTINS COMORIENS SONT NOMBREUX DANS LE LAGON DE MAYOTTE CHERCHANT A FUIR LA PAUVRETÉ QUI RÈGNE SUR LES TROIS ÎLES COMORIENNES.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*